vendredi 4 novembre 2016

Rencontre post-Matthew au club de Jérémie

Contrairement à ses rencontres habituelles, le club de Jérémie a organisé samedi 29 octobre 2016, à l’Alliance française de Jérémie, une rencontre animée par Francklin Louis-Jean, responsable du club de Santo, à l’invitation de Waldinde Germain, son collègue du club de la cité des Poètes. La réunion a porté essentiellement sur les conséquences de l’ouragan Matthieu et les leçons tirées de son passage sur le département et les propositions par les 20 jeunes présents.

Témoignage des jeunes

Francia Illus a pris la parole en disant : « L’ouragan Matthieu a un impact psychologique sur certaines personnes. Il y a beaucoup de personnes qui ont perdu des biens, des maisons… Elles peuvent perdre la tête à cause de cela. Comme solution, je propose que des psychologues consultent ces personnes, comme on a fait dans le club samedi dernier, fassent un débriefing psychologique suivi de soins bien spécifiques. Et comme leçon, il ne faut plus jamais prendre à la légère ce que prévoient les scientifiques ».

Venel Garçon, un autre jeune du club, croit que « l’ouragan a augmenté la famine dans la région parce que les jardins et les animaux des paysans ont disparu. Pour pallier à ce problème, pendant qu’on distribue de l’aide alimentaire aux sinistrés, il faudrait qu’un groupe d’agronomes distribuent des engrais et des semences aux agriculteurs. La leçon que j’en tire, c’est qu’il est bon de venir en aide à ceux-là qui en ont besoin ».

Pour Thermogène Guychard, l’ouragan Matthieu a mis presque tout le monde au chômage. Il nous a permis de constater l’irresponsabilité de l’Etat haïtien face à l’arrivée en trombe des ONG. L’Etat n’a plus le contrôle du territoire. Ma solution est de reboiser, replanter ce qu’on peut. La leçon tirée de cette catastrophe est que pendant le passage de Matthieu, les gens qui se croyaient importants et qui ne voulaient pas se mêler aux autres, ont fait un seul corps avec eux.

« Le choléra revient avec une fréquence sans précédent, la pollution augmente et des gens sont frappés par des troubles cardiaques. Solutions : distribuer des tablettes de purification d’eau aux gens, se mettre ensemble pour une bonne politique de gestion des déchets et pour une meilleure protection de l’environnement. Nous ne devrions pas être trop attachés aux biens matériels. Il y a des gens qui sont devenus fous, au pire se suicident parce qu’ils étaient trop attachés aux biens matériels », a avancé Immaculeuse Édouard.

 « Moi, j’ajoute à ce qu’ont avancé les premiers intervenants, l’exode rural. Beaucoup de gens se sont rendus à Port-au-Prince, après l’ouragan. Pour empêcher cette tendance, il faut absolument leur venir en aide et les encourager à continuer à vivre dans le département. Le paradoxe dans ce drame jérémien, c’est que même ceux-là qui disaient : ‘‘ma maison est en meilleur état que celles des autres’’ dorment eux aussi dans sur des tombes et dans des grottes », a ajouté Daniel Jeudy ».

Selon Wogensky Laguerre, la violence a augmenté dans certains quartiers. « De plus, le Grand Sud qui représentait la réserve forestière d’Haïti ne l’est plus et cela peut aggraver les conséquences du réchauffement climatique. L’Etat doit rapidement aider à reboiser et relancer la production agricole. Il y a aussi la difficulté de communication et le déplacement forcé et dangereux vers Port-au-Prince. Une remarque paradoxale que j’ai faite de cette catastrophe est que beaucoup de personnes dont les maisons sont restées debout ont accueilli les victimes, pendant que les commerçants se plaisent eux-mêmes à augmenter le prix de leurs marchandises ».

Francklin Louis-Jean a résumé les différentes interventions des jeunes et les a félicités pour le courage et la solidarité dont ils ont fait montre dans ces moments difficiles. Il leur a rappelé qu’ils doivent tirer des leçons de ces évènements et d’apprendre dès maintenant à faire preuve de responsabilité, car bientôt ce sont eux qui auront à remplacer éventuellement les autorités actuelles. Ils doivent être à même de faire une meilleure gestion du territoire, de prévenir et de répondre efficacement aux situations d’urgence auxquelles la nation peut être confrontée. 

Pour clore cette rencontre, Waldinde a remercié Francklin et les jeunes qui étaient présents et leur a donné rendez-vous samedi prochain pour le début des séances de formation sur le débat.

Waldinde Germain
Animateur du club de Jérémie


Aucun commentaire: