vendredi 16 décembre 2016

Jacmel : du dialogue au jeu

La rentrée académique de septembre 2016 a marqué la reprise des activités du club de débat de FOKAL à Jacmel. La grande réunion de lancement qui s’est tenue le samedi 10 septembre 2016. Les animateurs y ont mis à discussion leurs propositions pour l’année et recueilli ceux des jeunes : Un premier canevas prévisionnel de formation et d’exercices de débat, quelques projections de films thématiques, de sorties éducatives. L’enthousiasme de départ est, cependant, réduite à la participation dissipée. Les présences aux réunions se sont espacées de telle sorte que les exercices pratiques ont été reportés à plusieurs reprises.

Le dialogue pour se relever

Pourtant, c’était déjà le moment d’intégrer de nouveaux jeunes dans le club. Les activités prévues dans ce cadre, matchs d’exhibition et invitation dans les écoles, ont du être ajournés sur quelques semaines. L’ambiance avait besoin d’être redynamisée au préalable, pour que cette nouvelle campagne de recrutement soit pleinement réussie. Mais comment rallier les troupes ?

 Les animateurs du club de Jacmel, Bettina Pérono et Reginald Raymond-Fils ont eu recours à leur principal outil de dialogue pour remédier à la situation. Mais auparavant, la fiche de dialogue a été réadaptée à la situation. Les jeunes, ont été appelés à s’exprimer librement et le plus honnêtement possible. Toutes les réponses ont relevé un manque d’implication et de motivation chez les jeunes. La plupart souhaitaient plus de loisirs. La plus grande difficulté à laquelle ils ont tous dit se confronter dans la préparation des matchs a été de trouver et d’utiliser les supports.

Grâce aux fiches de dialogue, les animateurs du club Bettina Pérono et Réginald Raymond Fils ont alors revisité leurs méthodes de coaching, en vue d’améliorer la participation des jeunes jacméliens dans le club, ainsi que leurs performances de débateurs. La solution devait autant faire appel à la rigueur de l’esprit du débat qu’au besoin de loisirs des  jeunes. Les stratégies de l’année précédente avaient, pourtant, été payantes : arrivé en demi-finale au tournoi national, le club de Jacmel a eu des performances remarquables. 

Quant aux loisirs, films, soirées dansantes et prestations culturelles, les jeunes en avaient eu pour leur compte entre les multiples exercices et tournois de débats. Mais l’évidence venait de changer de cap : Il est vrai que débattre, c’est apprendre en s’amusant ; l’animateur risque, cependant, d’être le seul à le comprendre, s’il n’arrive pas à sans cesse réinventer les méthodes de coaching afin d’en convaincre les jeunes, qui, de leur coté, ont souvent tendance à prioriser les loisirs sur l’apprentissage.

Il fallait donc encore évoluer.  Maintenant, dans quelle direction ?

Le gout du jeu

C’est de la page 124 du guide pédagogique de débat de FOKAL qu’émergea la piste la plus adaptée à la situation : un jeu de rôle racontant les circonstances de l’assassinat d’une jeune femme, et où il revient de déterminer dans son entourage qui est le plus responsable de sa mort de son décès. Les désignés : son mari absent, son amant qui refuse de l’aider, son ami qui en fait de même, un passeur qui lui exige des frais qu’elle n’a pas en échange de ses services, et un fou qui finalement la tue plutôt que de la laisser traverser un pont pour rentrer chez elle. Le match devait se dérouler comme dans un tribunal. Les débatteurs, des avocats. La résolution remplacée par la responsabilité ou non de leur client.

Dans un premier temps, les jeunes ont du déterminer par ordre croissant, et selon leur point de vue personnel,  le niveau de responsabilité des protagonistes dans le décès de la femme. Parmi les protagonistes qui ont récolté le plus de voix après le meurtrier direct, c’est à dire le fou, seraient les premiers les clients des équipes.

Le mari et l’amant remportèrent la palme avec respectivement 23 et 18 points, après le fou (27 points). La première résolution retenue était donc : L’amant est le plus responsable de la mort de la femme. Et l’accusation étaient portée par les avocats du mari, de l’équipe affirmative, Brunet BLAISE (1A) et Claudia PETIT JEAN (2A), Gregory JEUDY (3A). La défense étaient assurée par Marcorel NOEL (1N), Annizabelle SANON (2N), Querline BERNADEAU (3N). En guise de jury, les animateurs  Bettina Pérono et Réginald Raymond Fils prenaient note.

Les règles 

Le plaidoyer des avocats devaient reprendre la structure argumentative Karl Popper et témoigner d’un respect mutuel, les avocats devaient eux-mêmes réunir les éléments de leur plaidoyer ; pour le reste ils avaient carte blanche. Le premier match s’est tenu le dimanche 16 octobre .Les jeunes se sont laissé prendre au jeu. Leur premier tour : nommer le mari comme leur animateur Réginald, et l’amant comme un des débatteurs affirmatifs, Brunet, dans l’intention maligne de le porter à s’accuser lui-même.  

Le débat

Argument de l’équipe affirmative :

Déclaration : L’amant est le principal responsable de la mort de la femme, parce que son refus de l’aider  a un impact psychologique déterminant sur elle.  
Explication : La femme a traversé la rive pour rejoindre son amant. Face à l’attitude irresponsable de ce dernier, elle se retrouve dupée, humiliée, désespérée. D’autant plus que l’amant n’a même pas daigné fournir une explication sur les raisons de son refus à la femme, ce qui implique qu’il ne voulait tout simplement pas l’aider.
Support : N/A
Conclusion : Son refus de l’aider cause  ainsi son geste désespéré de se livrer à une mort certaine.

Réfutation par l’équipe négative : L’amant n’a pas poussé la femme vers la mort, au contraire c’est lui qui a souffert quand elle a décidé de l’abandonner. Pourquoi devait-il aider la femme à le quitter?

Argument de l’équipe négative :

Déclaration : L’amant n’est pas le principal responsable de la mort de la femme, parce qu’il est dépassé par les événements.
Explication : C’est la femme qui a commencé leur relation en décidant de se laisser séduire. Elle est venue le trouver chez lui, pour ensuite l’abandonner. La femme avait le choix : elle aurait pu rester. Mais elle a choisi de partir, en lui brisant le cœur.
Support : N/A
Conclusion : L’amant est désespéré que la femme préfère risquer sa vie pour retrouver une autre personne qui la néglige. 

Réfutation par l’équipe affirmative : L’amant vient de passer la nuit avec la femme, c’est une preuve de l’amour qu’elle lui porte. Il n’est donc pas déstabilisé, mais confiant dans sa prédominance affective lorsqu’il prend la décision de ne pas l’aider. Leur relation est illégitime, l’amant est irresponsable parce qu’il ne considère pas les risques que la femme prend ainsi pour lui. C’est lui qui abandonne la femme, car il la délaisse face à la difficulté.  

Reconstruction  de l’argument affirmatif:
Rappel de la déclaration : L’amant est le principal responsable de la mort de la femme, parce que son refus de l’aider  a un impact psychologique déterminant sur elle.   
Support : Selon le psychologue, Sigmund Freud, un traumatisme peut provoquer un désespoir extrême.
Explication: Et c’est ce qui est arrivé à la femme. Ce désespoir l’a poussée à pratiquement à se suicider en acceptant finalement d’affronter le fou, en sachant que celui- ci allait la tuer.
Conclusion : L’amant est donc le principal responsable de la mort de la femme, parce qu’il savait aussi qu’il la condamnait en lui refusant son aide. Il a ainsi fait preuve d’une négligence criminelle.

Réfutation de la reconstruction par l’équipe négative : Premièrement, si la femme était tout simplement restée avec son amant, elle ne serait pas morte. Deuxièmement, si elle décide quand même de partir, l’amant n’est pas garant de sa sécurité. C’est elle qui préfère le quitter et  risquer sa vie pour un mari qui la néglige. 

Reconstruction de l’argument négatif :
Rappel de la déclaration : L’amant n’est pas le principal responsable de la mort de la femme, parce qu’il est dépassé par les événements.
Explication : L’amant n’est ni le seul ni le premier à qui la femme s’adresse, il y a aussi le passeur, l’ami de longue date, et ils ont tous deux refusé de l’aider. Et puis, l’amant avait peut-être honte de ne pas avoir d’argent à lui donner pour le passeur. Qu’est ce que l’amant aurait du faire ? Risquer sa vie inutilement pour sauver celle d’une femme qui est en train de le quitter ?
Support : N/A
Conclusion : La femme infidèle est seule responsable de ses actes. Elle décide de se laisser séduire. Elle rejoint son amant en l’absence de son mari. Elle quitte son amant pour rentrer en pleine nuit avant l’arrivée de son mari, en refusant de rester, même pas pour sa sécurité.

Les contre-interrogatoires étaient passionnants. Parmi les questions et réponses les plus intéressantes, celles-ci ont retenu l’attention des animateurs :

Question (3N au 1A) : N’est-ce pas la femme qui s’est laissée séduire ? 
Réponse (1A au 3N) Sans amant, il n’y a pas d’infidélité.

Question (1N au 2A) Le retour de la femme vers son mari signifie t-il forcement qu’elle le préfère à l’amant ?
Réponse (2Aau 1N) : Pas forcément, mais elle a épousé cet homme devant la loi, et la loi interdit l’infidélité. Elle risque la prison ou même la mort si elle se fait prendre. 

Juste un jeu

Pas de décision du jury pour cette fois, c’était par contre prévu pour le prochain match où les équipes devraient inverser leurs rôles, devant d’autres jeunes et potentiels nouveaux membres du club,  ainsi que leurs parents.

Les animateurs du club de Jacmel ont quand même souligné le manque de support aux arguments et ont promis d’y revenir dans leurs prochaines séances de formation. Le constat le plus important à faire, selon eux, était l’attitude des débatteurs et débatteuses : Les jeunes se sont lâchés, s’amusant à s’envoyer des piques taquines dans leurs discours, mais ils sont restés en alerte au discours adverse pour l’attaquer plus tard et de front. Et parce qu’ils ne pensaient qu’à jouer, le rire des autres et de soi-même avait remplacé  la crispation dans le discours causée habituellement par le stress.

Cette compétition positive et plaisante est justement l’ambiance requise au débat, leur ont fait remarqué Bettina Pérono et Réginald Raymond Fils, ravis de pouvoir également se le rappeler : dans ce programme éducatif, débattre est, avant tout, un jeu.

Bettina PERONO & Réginald Raymond-Fils
Animateurs du club de débat de Jacmel

Lundi 16 décembre 2016,

Aucun commentaire: