mardi 1 juin 2010

Programmation du séminaire de réflexion aux Cayes

Programmation du camp de printemps 2010


3-6 juin 2010 / Laborde, Cayes


1. Objectifs généraux du séminaire

Le séminaire constituera un espace de parole pour discuter du post-séisme, de partage ouvert d’expériences vécues durant le séisme. Le camp sera aussi l’occasion de redéfinir des thèmes de réflexion et d’identifier des problèmes sur lesquels les jeunes auront à réagir dans les séances de rencontre dans les clubs, durant l’année 3 du projet.


2. Objectifs spécifiques

  1. de favoriser la rencontre entre des jeunes issus de différents milieux ;
  2. d’effectuer avec des psychologues une thérapie de groupe post-séisme avec les jeunes
  3. de susciter davantage l’engagement des jeunes dans le programme ;
  4. de définir des thématiques de travail et des actions à entreprendre, en support aux thématiques choisies ;
  5. de préparer des plaidoyers spécifiques


3. Participants (90 personnes attendus)

- 56 jeunes des 2 sexes

- 28 animateurs/trices attendu(e)s, dont 16 de la province, 12 de la capitale

- 4 personnes-ressources de FOKAL

- 1 intervenant de Droits et Démocratie

- 1 intervenant externe


4. Bénéficiaires

- 56 jeunes des 2 sexes

- 28 animateurs/trices ( issus des 14 groupes « Vague du futur » du pays : Cap-Haïtien, Gros Morne, Fonds Parisien, Léogane, Jacmel, Cayes, Camp-Perrin, Jérémie, Port-au-Prince (Mon Repos, Cote-Plage, Martissant, Centre-ville, Christ-Roi, Santo)


5. Résultats attendus

A l’issue du séminaire, le participant :

- est sensibilisé aux préoccupations de la jeunesse haïtienne après le tremblement de terre

- dispose de thématiques à traiter et à mettre en œuvre par son club

- dispose d’idées d’action de plaidoyer à mettre en œuvre dans son club

- dispose des pistes de travail pour mettre en œuvre les thématiques sélectionnées


6. Méthodologie (voir Méthodologie des ateliers et Agenda du séminaire pour détails)

- Exposés d’intervenants extérieurs et de FOKAL

- Débats après les interventions

- Ateliers de travail en sous-groupes

- Séances plénières

- Présentation

- Démonstration

- Documentation utile pour les réflexions


7. Interventions

- 1 intervenant externe

- 2 intervenants de FOKAL

- 1 formateur de Droits et Démocratie


8. Logistique

Espace prévu pour le camp : le campus de la DCCH, à Laborde à 8 kms de la ville des Cayes dans le Sud que FOKAL a déjà utilisé pour le camp d’été 2009.

Espace prévu pour les réunions : La salle de conférence très spacieuse de la DCCH et payante, pouvant accueillir 200 personnes. Elle dispose des équipements suivants : matériel Hi-Fi, projecteur vidéo, internet wi-fi, tables, chaises, podium.

Matériels à emporter : Flip chart, Films, 2 rames de papier, marqueurs, voiture de FOKAL avec chauffeur, ouvrages et CDs pour primes


9. Trousses à fournir

A. - Kit de matériels : 90 bloc-notes, 90 stylos bleus, 56 badges jaunes, 28 badges bleus

B. – Documentation à fournir pour support aux réflexions des jeunes


10. Transport des participants

Les animateurs/trices et les jeunes issus des 4 provinces suivantes : Cap-Haitien, Gros Morne, Fonds Parisien et Jacmel voyageront en bus de leur lieu d’origine jusqu’à Port-au-Prince. Le projet leur fournira intégralement les frais de transport pour le trajet aller/retour selon un montant prévu. Ils rejoindront alors les jeunes et animateurs/trices des 6 autres groupes à Port-au-Prince, d’où ils prendront le bus ensemble pour le voyage vers les Cayes. En chemin, ils récupèreront les jeunes et animateurs/trices de Léogane, à Darbonne.

Il y aura donc 11 groupes au départ de Port-au-Prince soit 66 personnes + autres ressources humaines pour le camp, soit un total de 72 personnes.

Les jeunes et animateurs/trices des 3 provinces suivantes : Jérémie, Cayes et Camp-Perrin, se rendront directement sur le site du camp de leur lieu d’origine, soit 18 personnes au total. Des frais de transport seront versés aux 6 participant(e)s de Jérémie. Les 2 groupes se retrouveront sur le site du camp à Laborde, le même jour, à l’heure près.


11. Séjour des participants

Tout le monde logera sur le campus de la DCCH, à Laborde. Ils seront répartis dans des chambres communes disposant de 2, 3 ou 4 lits, dans 4 bâtiments différents, mais proches l’un de l’autre. Les filles et les garçons seront séparés, et logés dans des bâtiments différents. Une personne-ressource sera affectée à la surveillance (Jean-Marie Pierre, Marc Jean-Baptiste, François Démézier, Elisabeth Saint-Val, Ginia Alcimé et Marie Maud Sanon) et à la discipline de chaque bâtiment.


12. Restauration des participants

1 petite collation sera offerte aux participants durant le voyage, au départ de Port-au-Prince jusqu’au site du camp, consistant en 1 pâté et 1 boisson fraiche en bouteille, type Tampico.

La DCCH offrira 3 repas-buffet par jour : 1 au déjeuner à 7h, 1 au diner à 13h, 1 au souper à 19h. Le menu sera varié et costaud. La veille de notre départ, un menu spécial plus riche, plus achalandé est prévu au souper du soir.


13. Budget

- Frais de voyage 30 jeunes + animateurs/trices de province issus de 5 groupes de province.


- Location d’un bus pour assurer le trajet aller/retour Port-au-Prince/Cayes

- Location de bus pour une visite touristique des zones Camp-Perrin/ Cayes

- Hébergement et Restauration des participants (à la DCCH)

- Matériels didactiques (blocs-notes, stylos, fiches, documents)

- Autres


14. Sujets des interventions / Ateliers de réflexion des jeunes

- Reconstruction ou refondation d’Haïti après le séisme du 12 janvier, par Lucie Couet, coordonnatrice du Projet Martissant de FOKAL?

1. Quelles sont aujourd’hui les aspirations des jeunes après le 12 janvier 2010 ?

2. Quelles sont les ambitions des jeunes pour la reconstruction d’Haïti ?

3. Quoi reconstruire pour les jeunes ?

4. Quel rôle les jeunes peuvent jouer dans la reconstruction d’Haïti?

- Déconcentration ou décentralisation : défis et perspectives, par Jean-Marie Pierre, Directeur de l’Action civique, Ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Action Civique. ?

1. Que veulent les jeunes de la décentralisation ?

2. Comment impliquer les jeunes dans le processus de la décentralisation ?

3. Quel(s) bénéfice(s) la jeunesse haïtienne peut tirer de la décentralisation ?

- L’école haïtienne à l’épreuve du séisme 12 janvier 2010?, par Jean-Marie Pierre, Directeur de l’Action civique, Ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Action Civique

1. Selon vous, quelles devraient être les priorités de l’éducation dans le cadre de la reconstruction d’Haiti?

2. Selon vous, quelles devraient les priorités de l’éducation dans les différents départements, dans le cadre de la décentralisation ?

3. Selon vous, qu’est-ce que l’Etat devrait faire pour améliorer l’école en Haiti ?


15. Suivi

Après le séminaire, le coordonnateur procédera à l’analyse des résultats des discussions et fera ressortir les constats et recommandations formulés dans un rapport. Ce document servira de base pour le développement du plan de mise en œuvre de plaidoyers et séances de réflexions dans les clubs.

Les participants au séminaire auront pour responsabilité de faire un compte-rendu, à leur club respectif au cours d’une réunion prévue à cet effet.

Plus tard, FOKAL soumettra aux animateurs et animatrices des groupes un rapport et des recommandations pour la mise en œuvre des thématiques sélectionnées.

Aucun commentaire: