lundi 10 mars 2014

Les jeunes du club de Darbonne découvrent le parc Martissant

Loin des décibels assourdissants, loin des masques du carnaval des étudiants, un groupe de 28 jeunes membres du club de débat de Darbonne sont partis à la découverte du Parc de Martissant, le vendredi 28 février 2014.

Ces jeunes qui sont pour la plupart des nouveaux membres du club, ont déjà bénéficié depuis début janvier 2014 des activités de formation et de loisirs favorisant leur intégration au club : formation sur les techniques du débat Karl Popper, excursions et visites dans les sites naturels et touristiques de la région de Léogane, tournois de débat, visites dans d’autres clubs, conférences suivis de débat sur des thèmes variés, projection de films documentaires. Les 2 animateurs du club ont décidé de les emmener visiter le parc Martissant dans l’objectif de resserrer les liens entre eux et de découvrir le site constituant le parc Martissant.

Arrivés sur les lieux du mémorial, ils étaient très impressionnés par la verdure et la propreté de l’espace. Un garde champêtre leur a servi de guide. Là, sous le calebassier, ils découvrent la sépulture d’un homme, Albert Mangonès, architecte  et sculpteur haïtien, propriétaire de cette habitation.  Stylos et blocs de notes en mains, les jeunes prennent des notes. Ceux qui n’en avaient pas ont tapé quelques bribes d’informations sur le cadran de leur portable, informations qu’ils allaient compléter, assurément.

« Ce grand  Albert Mangonès,  ne peut pas rester inconnu pour nous » s’est lancée Gaëlle et ne voulant pas perdre un iota de  tout ce que rapporte la guide. Les jeunes visitent les plantes médicinales, le jardin Wòklò… Les questions pleuvent, la garde champêtre, harcelé par cette curiosité envahissante, est à bout de souffle. Les jeunes la supplient de les conduire chez Katherine Dunham, de leur faire faire un petit tour des différentes parties du jardin et aux poteaux  qui représentaient les 21 nations ou les tribus d’Afrique.Tout est symbolique ici. L’anthropologue Afro-américaine a voulu léguer cet héritage aux Haïtiens, ce jardin bien étoffé des plantes médicinales.

Malgré la fatigue qui commençait à gagner certains jeunes, ils ont continué à poser encore des questions sur les vertus de telles plantes ou de telles feuilles. Ils n'ont rien voulu laisser échapper à leur curiosité. Car à la prochaine réunion, il faut tout partager aux autres membres qui n’ont pas eu la chance de participer à cette visite. Sous l’insistance des jeunes, la garde champêtre a passé la main à une autre pour permettre aux jeunes de visiter le parc Leclerc et Pauline. Les arbres, les plantules, les appartements et les piscines sans eaux piquent la curiosité des jeunes.

Satisfaits dès le départ de cette visite au parc, certains jeunes se renseignent déjà sur les conditions de visites. Ils entendaient suggérer la visite du parc à d’autres groupes d’élèves et d’associations de jeunesse dans leur région de Léogane.

S’exprimant sur la portée d’une telle visite, ils sont unanimes à dire que l’espace avait tout pour leur plaire et ils en sont ravis. Pour Nerline Toussaint, l’une des anciennes débatteuses du club, cette visite est profitable pour un débatteur dans la mesure où celui-ci veut avoir une bonne culture générale. Rosemyth Cornély, quant à elle, croit que cette visite est une opportunité pour les membres d’un club de débat, s’il veut parler de l’importance des parcs, d’un mémorial, des personnages comme Albert Mangonès et de Katherine Dunham.

 Charlancia Rémy, pour sa part, a déclaré : « Vizit sa anrichi konesans mwen, m kontan m vizite memoryal la, m panse jèn yo,  manm PIJ yo ap jwen anpil bagay pou  enterese yo,  pou yo kontinye vin nan reyinyon klèb la… » Kindro, élève de philo du lycée Anacaona de Léogâne, s’exprime en ces termes. : «  M te pran plèzi pandan m tap aprann  epi diskite ak lòt jèn yo, sa vrèman ede m vin konnen yo pi plis epi m kontan jwen enfòmasyon sou achitèk sa ki te trase plan lise m te renmen anpil la… Malerezman evènman 12 janvye 2010 a te krazel. Mwen  aprann epi m apral kontinye aprann anpil bagay sou Albert Mangonès ak Katherine Dunham. ».

Enfin, les jeunes ont été très satisfaits de cette journée. La visite des jeunes du club de débat de Martissant et un speaker corner prévus n’ont malheureusement pas eu lieu. Néanmoins, ils n’ont pas cessé de lancer des remerciements spéciaux aux gardes champêtres et aux responsables de la FOKAL qui ont su transformer cet espace au cœur de la ville pour le bien-être des jeunes.

Maxandre BIEN-AIME
Animateur du club de débat de Darbonne


Aucun commentaire: