vendredi 28 mars 2014

Un flot d'initiatives réalisées par le club de BMC


Des initiatives

Le meilleur moyen de garder un club en vie est de s’assurer qu’il y ait des activités régulières et profitables aux jeunes qui en sont membres. Sur ce point, le club de centre-ville se veut être un club phare ; en témoigne l’ensemble des activités entreprises au cours de ce mois de mars et l’impact qu’elles ont eu sur les jeunes et sur le fonctionnement du club en général. En effet, du 8 au 22 mars, le club a fonctionné selon une programmation assez simple mais très intéressante qui a permis aux jeunes de participer à des réflexions saines et utiles, d’enrichir leur culture générale et de se doter de prérequis pour les prochaines séances de formation en techniques de débat.

Projection-débat

Le 8 mars qui marquait la journée internationale des femmes, les jeunes (30 environ) ont pu visualiser un film-documentaire titré «  les femmes d’occident, un si long chemin ». C’est un film d’environ 45 minutes sorti en 2007 qui retrace l’histoire des femmes de l’occident et qui met l’accent sur les luttes menées par ces dernières pour leur libération. Du darwinisme au christianisme en passant par le moyen-âge, le film montre comment dominait auparavant une conception dévalorisante de la femme.  Il a fallu attendre l’époque de la renaissance européenne pour voir l’émergence de la femme, surtout sur le plan culturel. Pendant cette même période, une idéologie bourgeoise de la famille tendait à revaloriser les femmes. Mais ce n’est qu’avec la Révolution française de 1789 qu’on allait constater un éveil de la conscience politique chez ces dernières alors que la revolution industrielle transformait leurs rapports avec les hommes. Cependant, le documentaire rappelle qu’aujourd’hui le problème n’est pas totalement résolu. En effet, trois femmes sur cinq subissent la violence de nos jours, et certains courants intégristes en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient, constituent un obstacle à la libération des femmes.  Elles ont, conclut le film, le poids du passé qui pèse sur elles.

La projection a été suivie d’une discussion entre l’animateur Nicolas Ricardo, les jeunes et Claude Ardy JULIEN qui est un étudiant finissant en sociologie à la Faculté des Sciences Humaines et membre fondateur du Groupe de Réflexion en Genre et Colonialité du Pouvoir en Haïti (GREGCOPH). Ce dernier, compte tenu de son statut, a été invité spécialement pour l’occasion afin d’alimenter les débats. Les discussions ont été très vives et les jeunes ont montré un intérêt particulier pour cette thématique qui est encore d’actualité dans le monde contemporain et en Haiti. Elles ont porté précisément sur l’origine de cette conception dévalorisante de la femme et sur le rôle que la religion a joué dans le renforcement d’une telle conception. Il est aussi intéressant de noter que les jeunes ont eu, à chaque fois dans leurs interventions, à faire un saut dans la réalité haïtienne, ce qui a été très encouragé par Ricardo et l’invité. Ils voulaient savoir, par exemple, si les luttes menées par les femmes d’Occident ont été utiles pour les femmes haïtiennes et discutaient entre autres, autour de la place que les organisations féministes occupent dans la société haïtienne.

Formation sur la recherche sur internet

Le samedi d’après devait être consacré à une formation en techniques de documentation sur internet. Cette formation pratique réalisée en deux temps pour deux groupes différents sur une période d’une heure visait à donner aux jeunes, à l’heure des nouvelles technologies de l’informatique et de la communication (NTIC), les outils nécessaires pour effectuer des recherches sur internet, ce qui est très important pour améliorer la qualité des matchs de débat.

Environ une trentaine de jeunes ont pris part à cette formation organisée en collaboration avec le cyber café de Fokal et animé par Yves OSNER, l’un des responsables du cyber café. C’était une formation très pratique ou chaque participant avait à sa disposition un ordinateur qui permettait une application instantanée des notions apprises. Dans cette formation, l’accent a été mis particulièrement sur les moteurs de recherche et sur l’utilisation des mots-clés dans une recherche. Cette formation a été tres bénéfique si l’on croit l’opinion des jeunes. Pour certains, cela les donne plus d’habilité à effectuer des recherches sur le web. Ils sont, par ailleurs, contents d’apprendre que Google n’est pas le seul moteur de recherche et qu’on peut en utiliser d’autres comme : spock.com, msn search, foncodoc, clusty.com, etc. Au final, les jeunes étaient visiblement satisfaits de ce séminaire, même s’ils auraient aimé que cela dure beaucoup plus de temps.

Une autre formation est prévue très prochainement sur la documentation dans les bibliothèques et sera probablement animé par le directeur de la bibliothèque Monique Calixte qui a déjà animé une formation de ce type et qui développe un très bon rapport avec le club.

Débat de démonstration

Le samedi 22 mars, les jeunes du club ont pu assister à un match de débat portant sur l’’énoncé suivant : «  les chaines de télévisions devraient limiter la diffusion des telenovelas en Haïti ». Ce sujet a été inspiré par Michelet Joseph, un jeune du club qui, un mois de cela, a présenté un speaker corner (dans le contexte du programme de débat, un speaker corner est un bref discours argumenté, présenté sur un thème donné et généralement improvisé) très intéressant sur la diffusion à outrance des feuilletons télévisées sur les chaines haïtiennes et sur l’influence que ces derniers puissent avoir sur les jeunes femmes haïtiennes. Deux équipes ont été montées avec les jeunes du club, l’une composée uniquement de filles et l’autre uniquement de garçons. L’équipe des filles a eu à défendre l’affirmative et les garçons la négative. Cette stratégie a eu pour effet de rendre le match beaucoup plus intéressant dans la mesure où il favorisait un esprit critique plus développé compte tenu des rapports différents des filles et des garçons face a ces feuilletons.
Séance de contre-interrogatoire
Malheureusement, le match n’a pas eu le succès espéré par rapport aux réflexions produites. L’argumentation a été tres faible des deux cotés. L’équipe affirmative s’est contentée à essayer de montrer que les telenovas augmentent la paresse chez les jeunes et que la limitation de la diffusion de ces derniers permettrait de donner plus de place au cinéma haïtien. L’équipe négative, quand à elle, mettait l’accent sur le caractère divertissant de ces telenovas et sur la valorisation de la femme qui s’y fait. On remarque aussi que les travaux de réfutation n’ont pas été faits malgré la faiblesse des arguments présentés. Ce match a été toutefois tres utile aux nouveaux membres du club qui ont eu la chance de se faire une idée de ce que peut être un match de débat.  Il a également permis aux animateurs de repérer les failles et de mieux préparer les formations sur les techniques de débat qui doivent avoir lieu au début du mois d’avril.

Perspectives

Pour boucler la boucle, ce samedi 29 mars, le club de centre-ville rend visite au club de cote-plage et un match d’exhibition est prévu entre des anciens débatteurs des deux clubs. Ce match se tiendra au collège de cote-plage à carrefour à deux heures, et se déroulera autour de l’énoncé « Face a l’oppression politique, la violence est justifiée ».

La formation sur les techniques de débat est prévue pour le début du mois d’avril et le tournoi interne du club aura lieu à la fin du même  mois.

Dans l’ensemble, ces activités ont permis aux jeunes de manifester beaucoup plus d’intérêt pour le club. Ils y viennent régulièrement et sont très enthousiastes de participer. Le club fonctionne donc très bien avec un effectif stable (25 membres actifs), des initiatives intéressantes, des jeunes très motivés et des animateurs déterminés à faire de ce club, un club phare qui remplit son rôle d’aide à l’épanouissement des jeunes.

Car le débat reste et demeure une autre manière de voir le monde !

Wedly MOZEAU
Animateur du club de débat de BMC (Port-au-Prince)

Aucun commentaire: