jeudi 28 mai 2009

La Recherche documentaire et d'information sur internet

I. Introduction
Il est important que tout débatteur sache qu’il ne peut réussir un bon débat sans la recherche et le soutien d’informations pertinentes qu’il peut trouver dans plusieurs types de documents. Ainsi, La documentation est essentielle dans un débat, que ce soit dans la phase préparatoire ou lors de son déroulement. Toutefois, il convient d’appliquer une certaine discipline et suivre une démarche dans cette recherche documentaire au risque de ne pas savoir quoi chercher, où trouver l’information et comment l’utiliser dans le débat. C’est ce que ce dossier tente de vous fournir.

II. Pourquoi la recherche documentaire est importante ?
● C’est une obligation qui se décline en 3 exigences :
Exigence intellectuelle : tout travail sérieux de réflexion repose sur une documentation riche, variée, fiable (la source est aisément vérifiable) et crédible (l’auteur du document est une autorité reconnue dans son domaine ou une sommité internationale).
Exigence de performance : toute réflexion sérieuse doit chercher l’adhésion du public le plus large possible, et doit être étayée par des connaissances issues d’une documentation crédible et ouverte, au mieux récente.
Exigence d’éthique : toute réflexion sérieuse ne doit pas être en contradiction avec le savoir universel de manière systématique. Vous ne devez ni mentir ni ignorer ce qui a été dit avant vous.

● C’est une nécessité car elle vous offre de véritables opportunités pour construire et consolider votre réflexion. La recherche documentaire permet :
− d’approfondir un sujet (savoir ce qui a été dit sur le sujet ou le problème à débattre)
− d’affiner ou de conforter vos propres idées sur un sujet (confronter vos propres idées avec ce qui a été déjà dit, et ainsi les améliorer, les ajuster, les corriger)
− de trouver concrètement des arguments, des critères et des preuves adéquats au problème débattu.

Important : Il convient de rappeler que, lors d’un débat, les arguments, les réfutations doivent s’appuyer sur des publications à caractère scientifique, provenant de sources reconnues pour leur compétence et leur objectivité dans le domaine faisant l’objet du débat. Exit alors les publications à caractère religieux. Les sources doivent être donc crédibles et aisément vérifiables.

Une source est crédible lorsqu’elle est reconnue par des institutions compétentes et prestigieuses dans un domaine déterminé. Une source est vérifiable lorsque la provenance des citations et exemples fournis lors du débat est clarifiée.

Préalables
Il faut qu’un débatteur ait toujours à l’esprit qu’un débat doit être préparé s’il espère fournir un travail de qualité. Ce travail de préparation en amont va porter sur la clarification et la compréhension de la résolution. Ce travail ainsi exige également de constituer une documentation à cet effet. Néanmoins, quelques règles vous aideront à ce niveau de la préparation du débat.

Vous ne pouvez vous lancer dans un débat sans avoir compris le thème, la problématique et l’enjeu de la résolution. Il est utile de le savoir, pour éviter de faire des recherches à l’aveuglette plus tard. Pour y arriver, il faut que vous vous posiez des questions pertinentes qui vous aideront à orienter votre recherche documentaire.

III. Quelles sources faut-il utiliser ?
Il est également important de rappeler qu’on ne peut pas utiliser ou citer n’importe quelle source dans un débat.
Quand vous avez un sujet à débattre, la première démarche à effectuer est de vous documenter sur le sujet en consultant les principales sources suivantes : les livres, les périodiques, le web.

1. Les Ouvrages généraux qui sont à la base de toute recherche. Ils vous donnent une vue d’ensemble du sujet à traiter, le précisent, et vous fournissent plusieurs définitions, selon des contextes différents.
Ayez recours à ces ouvrages-là avant d’aborder des documents qui sont consacrés plus précisément au sujet à débattre. Ce sont:

les encyclopédies ou les dictionnaires encyclopédiques qui traitent de presque tous les thèmes, de manière plus ou moins approfondie (Universalis, Britannicus, Hachette)
les dictionnaires spécialisés ou thématiques qui traitent uniquement d’un domaine (philosophie, histoire, sciences, économie, droit, art, culture générale…)
• les encyclopédies multimédia sur le Web (Yahoo!, Hachette, Wikipedia…) ou sur CD-ROM (Encarta,
Encyclopédie Générale). Ils se révèlent de véritables mines d’informations.

2. Les Ouvrages spécialisés dans des domaines très variés qui traitent de manière approfondie le sujet ou un aspect du sujet (essais d’experts, travaux d’universitaires, la collection Que sais-je ?...)

3. Les Périodiques qui sont des publications paraissant à intervalles réguliers (quotidiens, revues spécialisées, magazines d’information générale). Ils offrent des contenus plus ouverts, régulièrement renouvelés dans tous les domaines de connaissance. Dans la plupart de ces revues, des dossiers-débats traitent en partie des sujets de débat, en fournissant analyses et commentaires pertinents, arguments, contre arguments et supports. Ce sont :
• des magazines d’analyse politique (Le Monde diplomatique, Courrier international, Jeune Afrique, New York Times, Time, Washington post, Weekly Standard, Le Nouvel Observateur, Chemins Critiques, Foreign Affairs, Manière de voir, …)
• des magazines d’analyse économique (L’Intelligent, L’Economiste, L’Expansion, Challenges, …)
• des magazines de vulgarisation scientifique (Science et Vie Junior, Science et Avenir, Nature, Science, Ça m’intéresse, …) qui expliquent les procédés et les découvertes technoscientifiques dans un langage accessible.
• des quotidiens qui, à défaut d’approfondir véritablement un sujet, peuvent fournir néanmoins des supports précieux (des chiffres, des statistiques, des faits à chaud sans cesse renouvelés).

4. Internet qui est une gigantesque base de données assurant la convergence de toutes les sources citées plus haut. À consulter :
• les webzines (magazines d’information en ligne), soit la quasi-totalité des périodiques cités plus haut
• les sites des institutions et des organismes internationaux (Unicef, Cnued, Idebate, BID, BM, FNUAP, …)
• les annuaires des sites portails comme Yahoo ! Voila, Lycos, MSN (Listes de sites classés par thèmes)
• les moteurs de recherche qui vous assurent un gain de temps considérable, quand vous savez bien les utiliser (Google le plus puissant, Yahoo! Search, Bing)

N.B. : Evitez les sites folkloriques, commerciaux et les blogs (des sites personnels d’internautes).
N’oubliez pas que la crédibilité de vos sources conditionne leur recevabilité. Vous allez devoir toujours citer l’origine de vos sources.

IV. Comment rechercher l’information utile dans un document?
Dans les documents que vous consultez, que ce soit en version papier ou en version électronique, vous
trouverez des informations diverses qui vous aideront à construire votre réflexion. Vous trouverez aisément des arguments, des critères, des explications, des supports. Néanmoins, il faut correctement lire les documents sans perdre son temps, sélectionner les informations et savoir les exploiter. Pour cela, il existe deux sortes de lecture :

1. la lecture sélective pour le tri de l’information. Elle comprend 2 étapes :

la lecture survol (pour un ouvrage). C’est une technique qui permet de déceler le contenu d’un document sans le lire de A à Z, et de déterminer les passages pertinents par rapport à votre sujet de débat.
– Examinez le titre de la publication (il est déjà révélateur du contenu), le sommaire ou la table des matières (qui indique les questions traitées et le plan de l’ouvrage), l’index à la fin d’un volume (qui indique par ordre alphabétique la liste et la page des principales notions traitées).
– Parcourez le dernier chapitre (qui offre généralement un bilan plus complet d’un ouvrage).

la lecture repérage. Une fois les passages (chapitre, page) détectés, il est inutile de lire le document de la
première à la dernière ligne. Pour avoir une idée d’ensemble de leur contenu, pour situer les informations,
ayez recours à ce mode de lecture.
– Explorez les titres et les intertitres. Ceux-ci, mis en relief par des caractères d’imprimerie spéciaux ou
par des caractères gras, permettent de connaître les idées abordées dans le passage. Vous pourrez ainsi
« sauter » les parties inutiles pour votre travail.
– Prenez connaissance des endroits-charnières du document, des passages qui condensent le maximum
d’informations tels que :
► l’introduction qui annonce ce dont il sera question et parfois indique son plan.
► la première phrase de chaque paragraphe qui donne un aperçu de ce qui va être traité dans le passage, et comporte des éléments de liaison avec ce qui précède. Si l’idée vous intéresse, vous continuerez la lecture du paragraphe. Sinon, vous passez au paragraphe suivant.
► la conclusion qui récapitule généralement les différents points envisagés, et synthétise l’essentiel du développement.

2. La lecture approfondie pour sélectionner et exploiter les informations pertinentes pour le débat.
– Lisez attentivement les informations utiles que vous avez repérées dans un document.
− Utilisez un surligneur ou un crayon pour marquer les passages importants ou les citations intéressantes
du document.
− Notez, dans les marges du document, les passages en fonction de leur importance ou bien de l’usage
que vous pouvez en faire dans le débat. Ainsi, utilisez un code approprié. Voici un exemple :
Critère affirmatif = CrA Critère négatif = CrN
Argument Cas Aff. = AA Argument Cas Nég. = AN
Réfutation Cas Aff. = RCA Réfutation Cas Nég. = RCN
Support Cas Aff. = SA Support Cas Nég. = SN
Définition = Déf.

V. Comment rechercher l’information utile sur Internet ?
Sur le web, vous avez le choix entre utiliser un moteur de recherche (browser) ou un annuaire.
La distinction entre les deux est importante. Avant toute chose, vous devez connaître exactement ce que vous cherchez, au risque d’avoir des résultats de recherche désastreux (densité des informations, informations non fiables, référencements difficiles, ambiguïté des sites…).

Un annuaire fournit une liste de sites classés par thèmes à la manière d’un annuaire téléphonique. Les sites proposés sont référencés, c’est-à-dire répertoriés dans l’annuaire par leur créateur afin de pouvoir les retrouver.

Avantages Inconvénients
Vous obtenez rapidement une sélection de sites sur un thème précis, avec une courte description, comme dans les « pages jaunes » de l’annuaire.
Les recherches sont moins complètes. Un excellent site peut ne pas être proposé s’il n’est pas référencé.
Le contenu des sites est normalement vérifié avant leur référencement pour éviter les référencements
mensongers ou accrocheurs.
La vérification du contenu prend du temps, un site peut alors n’être repris dans l’annuaire qu’au bout de plusieurs semaines.

Un moteur de recherche est une gigantesque base de données mise à jour continuellement par des
« robots » qui parcourent les pages pour constituer une liste de mots-clés se rapportant au site.

Avantages Inconvénients
Les recherches sont plus complètes, car elles portent sur l’ensemble du réseau et non sur les seuls sites référencés. Vous pouvez être noyés par la masse des sites proposés.
Les moteurs mettent leurs bases de données à jour régulièrement. Les informations recensées sont donc toujours d’actualité.
Le contenu des sites n’est pas vérifié. Certains créateurs de sites indélicats mentionnent des mots-clés racoleurs.

Il existe des « agents intelligents », c’est-à-dire des programmes pouvant passer en revue de nombreux sites et effectuer des recherches pour vous. Les plus connus sont Sherlock (sous Macintosh) et Copernic (sous Windows / Mac). Le gain de temps est considérable lors de recherches approfondies.

VI. Comment constituer des mots-clés pour faciliter la recherche sur le net ?
Les mots-clés permettent de découvrir des informations et de donner accès à des sites variés.
► Définissez un ensemble de mots-clés en rapport au sujet, aussi précis que possible, pour affiner votre recherche, et vous épargner des déconvenues. Comme la masse d’informations est impressionnante, plus vous ciblerez votre recherche, plus vous obtiendrez des résultats pertinents. Evitez les termes trop généraux, sous peine de vous voir proposer des centaines de sites pour la plupart inintéressants pour vous.
► Utilisez les fonctions de recherche avancée, présentes dans la plupart des moteurs, pour affiner votre
recherche.

Chacun a ses propres conventions et symboles, mais en règle générale, si vous recherchez
− une expression littérale ou un nom propre : encadrez de guillemets les termes, ou le nom ou le prénom.
Exemple : « Victor Hugo » et non Victor Hugo. Cela vous évite d’obtenir la liste de tous les sites comportant le mot Victor ou le mot Hugo.
− plusieurs mots : placez le signe + entre chaque terme.
− une langue : certains moteurs permettent de définir la langue des pages recherchées. Cela évite de se retrouver devant des documents dans une langue étrangère que vous ne maîtrisez pas.

Vous pouvez également utiliser les opérateurs booléens tels que :
– « ET » (en anglais AND) qui permet de sélectionner une information spécifique en limitant le nombre de réponses.
Exemple : « sport et dopage ». Les documents traiteront obligatoirement des deux sujets.
– « OU » (en anglais OR) qui permet de rapprocher les synonymes dans une même recherche.
Exemple : « presse ou média » ramène tous les documents qui contiennent le mot « presse », ainsi que ceux qui contiennent « média », et aussi ceux qui traitent des deux.
– « SAUF » (en anglais NOT) qui permet d’éliminer un mot qui peut porter à confusion.
Exemple : « métal sauf or » élimine le mot « or » qui peut présenter des sens différents (métal, conjonction de coordination).

VII. Comment sélectionner les sites pertinents ?
A l’issue d’une recherche, vous aurez à votre disposition une longue liste de sites supposés répondre à vos critères de recherche. Comment choisir ?

− Prêtez attention à l’adresse du site ; elle vous donne déjà des indications sur le type d’informations contenu dans le site et leur intérêt.
− Evitez de cliquer la bannière commerciale qui apparaît en haut, à gauche du site hébergé : elle ne propose que de la publicité.

− Evitez les sites commerciaux reconnus pour leur terminaison (ou nom de domaine) « .com », qui sont parfois peu fiables: Prudence ! Sauf s’il s’agit de webzines comme www.courrierinternational.com. Les sites au nom de domaine « .edu », « .org », « .gouv » sont les plus intéressants.

− Evitez les sites personnels, généralement réalisés par des passionnés (les blogs). Les informations qui y figurent peuvent être d’excellente qualité ou au contraire tout à fait douteuses. Fuyez les sites avec des
contenus pleins de fautes d’orthographe : ils trahissent l’amateur peu doué.

VIII. Comment évaluer l’information trouvée ?
N’importe qui peut créer une page Web et la rendre disponible sur le net. Comment savoir si le contenu
d’un document est utile par rapport à votre projet de recherche ? Pour vous en faire une idée, posez-vous
les questions suivantes :

1. Quel type de d’information ou de service me propose-t-il ?
2. Quelle est la dernière date de mise à jour ?
3. L’auteur du document est-il mentionné ?
4. La fonction de cette personne est-elle indiquée ?
5. Cette personne fait-elle partie d’une institution ?
6. Ce document correspond-il à mon niveau d’études ?
7. Le contenu est-il rédigé dans un langage correct (langue, orthographe)?
8. Les sources sont-elles citées ?
9. Ce document correspond-il à mon sujet ?
10. Ce document couvre-t-il l’ensemble de mon sujet ?

Remarque : Une fois que vous êtes sûr que le document trouvé est intéressant pour votre travail, imprimez-le ou sauvegardez-le sur un support (disquette ou clé USB) pour un traitement ultérieur.

IX. La Fiche de restitution
Il est important d’organiser son discours pour éviter de s’y perdre et d’être dans la difficulté de retrouver
les informations dont on a besoin le moment opportun. L’utilisation des fiches est la solution à ces problèmes.

– Réfléchissez d’abord à leur utilité, à leur pertinence et à leur destination. S’il s’agit de citations, conservez l’information sur des fiches bristol séparées en notant en haut, le nom / prénom de l’auteur ; en bas, l’origine et le titre du document, le numéro de page d’où est tirée l’information, la date de parution de l’article. Écrivez seulement au recto des fiches, de manière lisible, en gros caractères.

– Ne mélangez pas les fiches. A cette fin, distinguez-les par un code (couleur et/ou symbole) approprié.
Par ex, pour faire une fiche pour le support du premier argument du cas Affirmatif, vous le présentez ainsi :
(à l’en-tête de la fiche) CA / Support / Arg.1
(au centre de la fiche) La citation intégrale entre guillemets
(au bas de la fiche) Nom/Prénom (de l’auteur)/ Titre (de l’ouvrage ou de la revue)/ date de publication/
page
– Faites une fiche unique pour chaque information, qu’elle soit un argument, une explication, un support, une citation.

Conclusion
Sans aucun doute, la recherche documentaire est indispensable à la préparation d’un débat qui se veut sérieux, instructif, et d’un bon niveau. Mais avant tout, la recherche documentaire est un processus d’apprentissage, en ce sens qu’elle donne accès à une vaste culture, qu’elle permet de construire un savoir dans une discipline spécifique, et enfin qu’elle fournit des compétences dans le traitement de l’information.

Néanmoins, elle exige une intention et une stratégie sans lesquelles tout chercheur se perdrait dans le dédale des informations disponibles, particulièrement sur le net.

Pour conclure, tout débatteur doit savoir et retenir à l’esprit que débattre c’est apprendre et partager. Et apprendre suppose entrer dans un l’univers de la connaissance pour en extraire l’information dont il en a besoin.

À DEBATTRE, ON A DONC TOUT À GAGNER !

Aucun commentaire: