vendredi 21 février 2014

Le débat s'étend à Jérémie

Depuis plus d'un mois le club de débat de Jérémie s'est engagé à préparer un tournoi de débat interscolaire en vue d'aider plus de jeunes à bénéficier des compétences du débat, de recueillir l'adhésion d'une cinquantaine de jeunes au club et de disposer d'un réservoir de débatteurs plus performants au débat pour les prochains tournois régionaux et nationaux.

Dans un premier temps, le projet a été conçu et soumis à la FOKAL, partagé avec des amis et partenaires comme le docteur Charles Tardieu, Pdg des Editions Zemes, Réginald Remarais, Pdg de UP-TO-DATE English school, Nathalie Ladouceur (une amie enseignante canadienne) et Marcel Jeanty, le directeur départemental d'éducation de la Grand-Anse). Ils ont tous accueilli le projet avec joie. Ainsi m'ont-ils offert des prix pour les deux équipes championnes. FOKAL nous fournira des ouvrages, le docteur Tardieu un jeu de 9 livres littéraires d’auteurs haïtiens, Remarais 6 bourses d'études, Nathalie 4 ipods et le Directeur du MENFP de la Grand-Anse, trois jeux d’ouvrages.

Dans un second temps, une opération d'inscriptions a été lancée dans les écoles. Suite aux inscriptions, deux séances de formation, les samedis 1er et 8 février 2014, ont été organisées à l'intention des inscrits, au centre Numa Drouin (la bibliothèque qui héberge le club), avec 2 formateurs dans 2 groupes séparés. Ils étaient 62 participants. Les deux groupes ont été mis ensemble pour regarder le DVD de débat de la FOKAL le dernier jour de la formation.

Pour vérifier si les notions ont été bien acquises, six jeunes ont effectué un match de démonstration. Sans surprise, certaines faiblesses des débatteurs se sont révélées dans ce match (le premier négatif n'a pas réfuté, les contre-interrogatoires ne sont pas utilisés dans les réfutations et les reconstructions). Nous avons fait intervenir Ricardo Nicolas, l’animateur du club de BMC, pendant 40 minutes, via Skype et grâce aux facilités technologiques du Centre Numa Drouin, sur le contre-interrogatoire, la réfutation et la relation qu'il y a entre elles.


Ricardo a défini le contre-interrogatoire [une partie importante du débat, où les débatteurs peuvent vérifier leur compréhension du cas adverse et travailler à le démontrer à travers un questionnement stratégique direct] et a expliqué les deux grandes fonctions du contre-interrogatoire : clarifier la position de l'équipe adverse et contraindre l'adversaire à s'engager sur une position. Ensuite, il a défini l'argument [une explication logique] tout en le différenciant de l'argumentation [un ensemble de raisons organisé de manière à soutenir une position sur un objet de controverse], a énuméré et expliqué les différents types de réfutation (avec force d’explications et d’exemples) la négation totale, le retournement, la concession et la minimisation.

Après son intervention, Milord Peterson, un participant a posé la question suivante : « Peut-on préparer à l'avance une question pour poser au contre-interrogatoire? » « Un match de débat doit être préparé mais pas programmé. Ce qui est fondamental dans un débat, c'est la spontanéité. Ce ne sont pas des idées préconçues et des idées toutes faites » lui a répondu en substance Ricardo.

Dorange Lesly, un élève du collège Naroulado a voulu savoir l'importance du contre-interrogatoire dans un match de débat. Ricardo lui a affirmé qu’un contre-interrogatoire ne sert absolument à rien, s'il n'est pas exploité à la réfutation. C'est pourquoi il est vivement conseillé aux joueurs qui vont réfuter d'y accorder une attention soutenue.

Une autre élève a remercié Ricardo Nicolas au nom de ses camarades. L’animateur du club BMC a applaudi cette initiative, surtout pour le fait d’avoir utilisé les nouvelles technologies de communication pour la formation.

Le tournoi a commencé ce 15 février 2014.

Waldinde GERMAIN

Animateur du club de débat de Jérémie

Aucun commentaire: