lundi 21 mai 2012

Education civique des Jeunes: le club de Darbonne milite pour une nouvelle Haiti

La Journée de sensibilisation du  club VDF de Darbonne a lieu comme prévue le 31 mars 2012, au local de la bibliothèque Rasin Lespwa de Darbonne. Les animateurs et les jeunes membres du club  assistés de plusieurs jeunes venant des autres groupes organisés de la zone, membres d’association de jeunesses,  du Kiro de la paroisse Ste Thérèse et  du scout de l’église Annonciation de Darbonne,  et quelques membres de la presse locale ont participé aux différentes activités réalisés en la circonstance. A rappeler que cette journée a lieu dans le cadre du projet VDF piloté conjointement  par FOKAL et Droit et démocratie.

L’éducation civique des jeunes à  l’école un impératif pour une nouvelle Haïti était le thème retenu pour cette journée.  Les enseignants des écoles fondamentales de la place, les directeurs  et les jeunes constituaient le public cible de cette activité qui poursuivait les objectifs suivants :

Faire connaitre l’importance du cours de l’éducation civique à l’école
Comprendre le rôle de l’éducation civique dans la formation  du jeune
Informer la communauté de l’existence  de ce groupe de Vague du futur
Pour ce faire, quatre grandes activités ont marqué  la journée:

Exposition de  textes et d’extraits de textes
Causerie avec les élèves âges entre 9 et 16 ans
Atelier de réflexion avec les jeunes, professeurs et directeurs d’écoles
Petit spectacle de clôture

Les locaux de la bibliothèque Rasin Lespwa étaient tout à fait parés pour une telle activité grâce au dévouement des jeunes membres du groupe qui se donnaient corps et âmes pour le nettoyage, décorations et autres.

A l’heure prévue les jeunes accueillaient les invités et les intervenants. Les animateurs responsables ont pris quelques minutes  pour placer l’événement la première du genre dans son contexte. Ils ont ensuite invité l’assistance à visiter l’exposition de textes et d’extraits (quelques livres portant sur le droit, les exemplaires de la constitution de la  république et d’autres tirés de part et d’autres).   Juste après, l’assistance qui s’était composée de jeunes et d’élèves du fondamental, des enseignants et directeurs a été repartie en deux groupes.

Robinson Auguste en sa qualité de coordonnateur de la représentation du Ministère de la jeunesse, des sports, et des actions civiques(MJSAC) de Léogane partait avec derrière lui une kyrielle d’enfants pour les notions de base du civisme. Son collègue Jeannot Doccy animait du coté des jeunes,  des enseignants et directeurs l’atelier de réflexions sur ce même thème.

Coup d’œil sur les travaux en atelier
Ils étaient plus d’une trentaine d’enfants âgés entre 9 à 14 ans à prendre part au premier groupe que Robinson Auguste animait. Une fois que l’animateur ait lancé cette phrase : « Nan yon peyi, chak sitwayen gen dewa ak devwa » les enfants ont vite décelé les mots clés (peyi-sitwayen-dwa ak devwa) et ont tenté d’apporter des définitions.    

Pour Samanta, élève de la 7e AF, yon peyi se yon teritwa kote moun ap viv epi ki gen yon gwoup moun kap dirije l.

Quant à Esther, le citoyen c’est celui qui  a déjà ses 18 ans et à julien d’ajouter que le citoyen est quelqu’un qui jouit de ses droits civils et politiques

Au lieu de définir les concepts droits et devoir, certains enfants ont plutôt cité les droits inaliénables de la personne. D’autres ont profité de l’espace pour lancer ce vibrant appel : «Al lekòl , jwenn sante ak jwenn lamanjay se yon dwa fòk leta respekte l’ ». C’est avec une séance de jeu de question/réponse que l’animateur allait mettre fin à cet atelier que les enfants ont tant apprécié.

Jeannot, d’une approche participative a essayé de faire un état des lieux du civisme en Haïti. Ils ont défini l’éducation civique comme étant ce qui permet aux citoyens de bien vivre dans la société et ont fait la différence entre le droit ce qui est lié à la raison ce qui est objectif par rapport aux devoirs qui  se référent a tout ce que la société attend de vous comme citoyen. Ils ont pris comme exemple payement des taxes, reboiser le pays. Pour des discussions plus enrichissantes et plus instructives l’animateur subdivise son groupe en trois ateliers.

Par rapport à la réintégration des cours de civisme dans les écoles, les jeunes de l’atelier A disent qu’il ne suffit pas de réintégrer ce cours dans le curriculum du ministère de l’éducation nationale mais aussi de le proposer dans textes  d’examens officiels. Une proposition que d’autres jeunes ont applaudi des deux mains.

En ce qui a trait aux valeurs citoyennes,  les jeunes de l’atelier B affirment que : «  les gens ne pratiquent plus l’hospitalité et la solidarité, et  les valeurs morales disparaissent. Les haïtiens ne sont pas fiers de leurs pays, ils n’ont aucun respect pour le bien public ni le bien privé. Le drapeau symbole de notre fierté de peuple n’est pas respecte ».   Ainsi, ils proposent  de faire l’éducation civique des haïtiens dès la plus tendre enfance. Dans ce cas, il serait important de former les enseignants, les parents, les leaders communautaires, les pasteurs, les prêtes et aussi  les doter de matériels adéquats pour accomplir ce travail ont-ils renchéri.

Ceux de l’atelier C croient que : « tout le monde devrait pouvoir jouir leurs droits sans distinction, l’état ou d’autres gens malintentionnés ne devraient pas soustraire des citoyens de la jouissance pleine et entière de leurs droits civiques et politiques ».

Pacte d’engagement
Il était prévu à la fin de l’atelier que les participants signent un pacte d’engagement. Le dernier atelier a essayé de dire ce qu’ils ont pensé par rapport au pacte d’engagement. Ils disent que le pacte ce sera l’engagement pris par un groupe de citoyens déterminés  en vue de travailler au bon fonctionnement de la société. En voici les grandes lignes du pacte qu’ils ont proposé :

Respect de l’autre
Respect de l’environnement
Respect des biens publics  et privés
Respect des personnes du 3e âge
Support aux personnes à déficience physique ou intellectuelle
Respect des principes et des lois
Les éventuels signataires du dit pacte devraient selon les jeunes  les citoyens  soucieux de leur pays  désireux de travailler au respect des droits et des devoirs du citoyen.

Mini spectacle
La journée  de sensibilisation a permis aussi de voir les talents des jeunes membres du groupe. Ces derniers ont présenté un  spectacle digne de ce nom. Ils dansaient, mimaient, déclamaient des textes, et chantaient. Robinson Auguste, qui a été invité comme intervenant, a pris le micro sous des ovations du public pour chanter les plus beaux morceaux de son répertoire. La journée était vraiment à son comble quand les animateurs ont mis fin à cette partie, en remerciant les intervenants, les invités,  FOKAL et Droits et démocratie,  les jeunes qui ont tout planifié pour faire de cette journée une réussite.

En guise de  conclusion
Aux dires des jeunes et des participants, ces genres d’activités doivent perpétuer dans la communauté. Ils ont pris l’engagement  pour sensibiliser d’autres jeunes  dans les établissements scolaires de la place en vue de les faire connaitre l’importance de l’éducation civique dans la vie d’un citoyen. Ils se disent volontiers pour faire du porte à porte pour sensibiliser la population afin de leur porter au respect des valeurs citoyennes.

Maxandre Bien-Aimé & Max G. Saint-Fleur
Animateurs du club VDF de Darbonne

Aucun commentaire: