mardi 30 juillet 2013

Quand la frontière Haïtiano-dominicaine disparait…

Du 23 au 27 juillet 2013 s’est tenu à Jacmel le traditionnel tournoi de débat national de FOKAL [i]. Quatorze clubs de jeunes, issus de différentes régions d’Haïti prennent habituellement part à ce camp. Avec la participation d’une équipe de la République Dominicaine cette année ’’Dominicana Debate’’, l’événement a pris une plus grande ampleur. Celle d’un tournoi binational.  
La délégation dominicaine entourant le coordonnateur
au camp d'été de débat à Jacmel
A un moment où les nations sœurs de l’île font face à une véritable crise commerciale, prenant chaque jour une dimension beaucoup plus importante, les jeunes débatteurs des deux pays ont amorcé une relation tout à fait nouvelle. En dépit des contentieux historiques des deux peuples et des difficultés actuelles, les jeunes haïtiens et dominicains ont compris que les batailles dignes de la race humaine ne sont pas physiques. Elles  sont intellectuelles.
Génésis Taveras  de la Rep. Dom interrogeant Nahomie Massé de Jacmel
au cours d'un match du premier tour

Dans la guerre d’idées qui opposait les 15 équipes haïtiennes plus une équipe de la république voisine, deux sujets d’importance énorme ont été débattus. Le premier sujet stipulant : Les états Caribéens devraient libéraliser totalement la circulation des personnes et des marchandises entre leurs pays; et le second, formulé différemment mais portant sur le même thème, a été le suivant : le développement d’Haïti et de la République Dominicaine nécessite des frontières ouvertes des deux cotés de l’île.

Les jeunes se sont prêtés à un sport intellectuel plus que remarquable en y apportant des arguments très valables de chaque côté, le but de l’exercice étant de prouver que sa position (obtenue par tirage au sort) pour ou contre le sujet, est la meilleure. Cela dit, comme l’exige le caractère scientifique du débat dans le format Karl Popper[ii], tout argument doit être solidement construit, c’est-a-dire clairement déclarée, expliquée, supportée et soutenu par des sources dignes de foi. 
  
Comme toujours, les camps du Programme Initiative Jeunes de FOKAL se présentent comme  un package. En plus de l’objectif de l’apprentissage, de la tolérance et du vivre ensemble, il y a aussi l’un des éléments-clés qui est la découverte de la région où se tient l’activité du tournoi de débat. A ce point, la ville-hôte, Jacmel, connue pour son importance touristique n'a pas manqué de nous émerveiller avec ses belles plages, son paysage enchanteur et son cachet particulier entre autres.

Mais comme on le sait, le monde haïtien est fait de contrastes. Et ce ne fut pas un fait anodin de voir une dominicaine dans l’impossibilité de retenir ses larmes alors qu’elle découvrait la condition infra humaine dans laquelle vivaient certains Jacméliens.

Cela aussi pourrait faire l’objet d’un grand débat : Devrait on accepter que des êtres humains vivent dans un grand luxe alors que d’autres vivotent dans une condition infra-humaine?… Passons. Personne ne l’acceptera, même ceux qui sont dans le luxe voir le surluxe. Il n’y aura donc pas débat, diraient certains.

Apprendre à vivre avec le dominicain, partager les mêmes chambres que ces jeunes, voir le coté très humain de ce peuple, expérimenter la sagesse de l’un comme l’humilité de l’autre, s’étonner devant le fait que  ces frères de l’île n’arrivent pas à retenir leurs larmes devant notre triste situation… D’aucuns se sentiraient révoltés ! C'est à se demander s’il faut les larmes du voisin pour nous rendre compte à quel point nous sommes "malades", que notre cas est gravissime ! Tout cela nous touche profondément…  

Education du regard oblige, on n’a vu dans cette expérience à Jacmel que de choses positives.  Vous allez nous pardonner, car vous le savez autant que nous : l’amour est aveugle. Aveugle à tous ceux et celles qui pourraient le mettre en doute. Et vous allez rapidement comprendre que FOKAL a su trouver un excellent moyen de faire disparaître la frontière haitiano-dominicaine : la culture du débat. 


Ne dit-on pas souvent que du choc des idées jaillit la lumière ? Alors la lumière nous a permis de voir qu’un meilleur avenir nous attend  dans la mesure où une telle initiative se perpétuera et sera fructifiée. La lumière nous permet aussi de voir que la frontière entre les peuples est un condensé de ténèbres qui disparaît au gré d’une lueur d’amour. 

Vive Haïti ! Vive la République Dominicaine ! Vive le peuple de l’île sans frontière !

Francklin Louis-Jean
Animateur du club de débat de Santo
29 juillet 2013





[i] FOKAL : Fondasyon Konesans ak Libète (Fondation Connaissance et Liberté)
[ii] Pour de plus amples détails sur le Format de débat Karl Popper et les activités du Programme Initiative Jeune, veuillez consulter l’ouvrage Débats,Un guide Pédagogique,  publié par FOKAL et le blog http://vaguedufutur.blogspot.com



Aucun commentaire: