lundi 7 octobre 2013

Le Livre blanc d’une jeunesse multicolore

Par Francklin LOUIS-JEAN
Animateur du club de Santo

On a terriblement soif de ce livre ! C’est bien ce que l’on ressentait à la fin de l’atelier sur le livre blanc de la jeunesse qui s’est terminé dans une atmosphère de convivialité sous la tonnelle de la Fondation Connaissance et Liberté en cet après midi du jeudi 19 Septembre 2013.  

Certains saisissent le sens et la signification véritable d’une expression ou d’un concept à partir d’un mot, d’un groupe de  mots ou d’une figure. Quand, dans sa brillante présentation, Madame Elisabeth Pierre Louis décryptait le concept Livre blanc, le mot magique et lumineux que notre intellect allait appréhender pour que tout ce qui était dans l’ombre apparaisse au grand jour a été: photographie.

Dès que les lèvres de madame égrenaient les syllabes bien articulées de ce mot qui désigne également un beau métier, les hauts murs surmontés de barbelés qui nous cachaient la vue étaient à plats. Et maintenant on pouvait admirer la beauté du jardin où se dresse un magnifique château construit par un esprit ingénieux. Ainsi  s’ouvrait devant nous l’un des plus grands chantiers du Programme Initiative Jeunes (PIJ) tel que conçu par la Fondation Connaissance et Liberté.  

Le Livre blanc de la jeunesse ne sera pas juste un bouquin à la couverture blanche, comme Elizabeth Pierre Louis a répondu avec une pointe d’humour à la question d’un collègue. Il s‘agit plutôt d’un travail assez complexe consistant à collecter des données sur la situation actuelle de la jeunesse haïtienne, et particulièrement cette importante fraction représentative de la jeunesse du pays qui participe depuis plusieurs années au PIJ de FOKAL. Ce livre blanc sera une œuvre collective. Autant dire, plusieurs caméras prendront sous des angles différents la même photographie.    

Si vous demandez à un jeune du PIJ quelle est sa plus grande motivation dans ce programme, il y a une certaine probabilité à ce qu’il vous réponde qu’il fut séduit par la beauté de l’œuvre… Une belle œuvre qui aujourd’hui lui permet de faire d’abord une autoévaluation, ensuite d’analyser la situation de son pays sur différents fronts, et enfin de faire des recommandations idoines.

On peut toujours admirer de loin la beauté d’un jardin sans y entrer, mais les esprits libres n’ont pas de barrière. Ainsi, en ouvrant le livre blanc, une multitude de thèmes proposés par les jeunes retiendront votre attention : éducation, emploi, environnement, pratiques culturelles, loisir, sexualité, orientation professionnelle etc. Les thèmes sont aussi nombreux qu’intéressants. Ils  présentent avec objectivité chacun des éléments constituant l’ensemble complexe dans lequel évolue le jeune haïtien aujourd’hui.

Puisque l’un des thèmes que le groupe de Santo devait aborder en atelier était l’orientation professionnelle, nous ne pouvons nous empêcher de souligner un élément-clé dans la présentation très explicite de madame Elisabeth Pierre Louis. Il s’agit de la manière d’orienter les jeunes au moment de la consultation pour la collecte de leurs idées, ce qui constitue le niveau des 28 animateurs du programme. Leur travail ne consistera pas à influencer totalement les pensées des jeunes sur les thématiques, mais les aider à développer une vision-libellule, pour appréhender la réalité de manière verticale et horizontale. Ils vont orienter les jeunes dans les réflexions que ces derniers produiront autour des questions, c'est-à-dire, ils vont porter les membres des 14 clubs fonctionnant en réseau un peu partout à travers le pays à décrire l’image de leur réalité le plus objectivement possible. 

A titre d’exemple : l’influence des cultures étrangères sur la nôtre ne sera pas vue uniquement par ses conséquences négatives. Mais le regard des jeunes sera éduqué de manière à apprécier objectivement les échanges interculturels avec leurs avantages et leurs inconvénients.

Parlant de réalité et d’objectivité, quand le jeune haïtien observe sa réalité aujourd’hui, il devrait commencer par se regarder d’abord avant de considérer ce qui est extérieur à lui-même. Ce qui devrait le fortifier, c’est avant tout sa dignité, ensuite l’ensemble de ses potentialités, et enfin les multiples richesses qu’il est capable de produire dans cet environnement avec de fortes potentialités où il a eu la chance de naître.

La jeunesse qui va se regarder dans le miroir que sera cet ouvrage, celle qui se bat pour offrir le meilleur de lui-même en affrontant le pire. Ce portrait, s’il est fiable, montrera une jeunesse bourrée d’énergies explosives mais peu exploitées. Haïti, puissance culturelle montante ne serait pas ce qu’elle est sans ses jeunes artistes, musiciens, peintres, artisans et autres professionnels œuvrant dans des domaines divers.

Notre jeunesse, comme elle adore écouter et apprendre, son travail maintenant devrait se concentrer sur la mémoire. Or, on nous accuse de souffrir d’amnésie collective. Une pathologie affectant l’ensemble de nos frères et sœurs et qui se manifeste par un oubli systématique du passé. Une épidémie qui semble avoir traversé le temps pendant plus de deux siècles. Ensemble nous apprenons, ensemble nous oublions ! Et pour preuve, les mêmes erreurs se reproduisent de manière perpétuelle. 

Cette jeunesse qui est capable de tout oublier, si elle arrive à retenir une seule phrase de Frankétienne, à savoir : « Nous les victimes du colonialisme, les petits fils d’esclaves, quand on place la barre à 5 mètres, nous devons sauter à 10 ! ». Désormais elle se souviendra de tout puisqu’elle saura au moins une chose: Je ne serai perçu comme un humain à part entière que si je déploie des efforts surhumains. 
  
Le livre blanc ne projettera pas l’image d’une jeunesse uniforme. Car chaque jeune est une valeur unique avec un talent exceptionnel et une beauté extraordinaire. Le Louverturien possède une intelligence hors pair qu’il aiguise à sa manière, une énergie kita-nagique qui lui permet de traverser le monde d’une extrémité à l’autre, une créativité sans égale qu’il développe dans un univers où il est le seul Roi.  

Voilà l’image que l’on peut imprimer et admirer en y appréciant toutes les couleurs d’une jeunesse arc-en-ciel avant même la prise de vue du photographe ! Pour faire ce travail, il ne faut pas être jeune tout simplement. Il faut aussi être Haïtien. Mais encore, être jeune et Haïtien, cela ne suffit toujours pas. Il faut être la fierté d’Haïti!  

Francklin LOUIS-JEAN

Tel : 509 3849 0523

Aucun commentaire: