jeudi 19 février 2015

La non-violence fait débat au club de débat de Darbonne

La dernière semaine de janvier est dénommée semaine scolaire de la non violence. Certaines institutions comme la bibliothèque Rasin Lespwa, organisent chaque année des activités pour promouvoir la culture de la paix. En effet, durant cette même période, s’est déroulé le premier tournoi local de l’année 2015 du club de débat de Darbonne. Durant tout le weekend du 31 janvier 2014, ont eu lieu, les tours éliminatoires autour du thème : La non-violence est le meilleur moyen pour lutter contre l’oppression politique.
Equipe en train de préparer un débat
Plusieurs rencontres de travail ont eu lieu à la bibliothèque entre les joueurs des équipes. La grande majorité des 18 jeunes de 6 six équipes qui ont participé à ce tournoi, faisaient leurs premières armes dans le débat. Après la formation reçue le weekend du 24 janvier, rencontrer une équipe dans le cadre d’un match de débat était le rêve de plus d’un. Ils ont fait montre d’une très grande motivation.

1 tournoi, 2 sujets, 3 tours

De ces (6) six équipes, deux allaient quitter le tournoi à l’issue du tour éliminatoire pour voir les quatre autres s’affronter en demi-finale. De ces deux chocs joués simultanément dans deux salles différentes, l’équipe formée de Gaëlle FELIX, Ralph MICHEL et Olfton BENOIT, allait affronter en finale celle composée de Merline SOMERVILLE, Stanley DIEGUE et Kovsky BOCAGE.

Il était déjà 5 heures, ce samedi 31 janvier 2014 quand les juges ont prononcé le verdict des demies finales. La journée a été rude et fatigante. Les jeunes épuisés, ont demandé un répit. Ce qui leur fut accordé. « La grand finale se joue dans une semaine », a lâché l’un des animateurs du club après concertation avec les deux équipes. Ouf… une semaine de plus, une semaine pour mieux préparer un autre sujet sur le même thème : la violence est une réponse justifiée à l’oppression politique.
Equipe en train de préparer un débat
La grande finale a eu lieu donc, comme annoncé, le vendredi 6 février 2014.  Les débatteurs ont invité leurs amis et camarades de classe à venir les encourager et applaudir. Une fois le décor planté, les deux équipes prennent place et s’affrontent avec chacune deux arguments.

« L’oppression politique est une violation des droits humains »

L’équipe affirmative formée de Gaëlle, Olfton et Ralph a soutenu que « la violence est une réponse justifiée à l’oppression politique parce que l’oppression politique est une violation des droits humains ». Ils supportent cet argument en expliquant que la déclaration universelle des doits de l’homme garantit la liberté de vivre. « C’est inconcevable de se laisser opprimer. S’il faut répondre par la violence pour se débraser des chaines de l’oppresseur, tant mieux. » Les jeunes ont pris l’exemple de la révolution haïtienne. « Si aujourd’hui nous sommes libres sur ce coin de terre, c’est grâce aux esclaves qui ont combattu les colonisateurs blancs pour renverser ce système ».
Contre-interrogatoire au tour éliminatoire
Leur deuxième argument a affirmé que « l’oppression politique est une contrainte à la liberté d’expression ». L’équipe avance que parfois certains régimes politiques font usage de leur force pour supprimer la liberté d’expression. Ils ont pris comme exemple la période des Duvalier et celle d’avant 2004. Certains journalistes étaient contraints de prendre le marquis, d’autres l’ont payé au prix de leur vie.

« Seul l’Etat a le droit d’exercer la violence …maitrisée »

L’équipe négative composée de Merline, Stanley et Kovsky, en désaccord avec l’énoncé du débat, a réagi avec deux arguments. Selon eux, la violence est une réponse justifiée à l’oppression politique parce que « seul l’Etat a le droit d’exercer la violence parfaitement maitrisée ». L’équipe croit que l’état a la responsabilité de protéger les vies et les biens. Donc, dans des situations exceptionnelles, il peut utiliser une forme de violence maitrisée pour empêcher le chaos.
Stanley Diegue, Merline Somerville, Kovsky Bocage, de l'équipe finaliste
Dans leur deuxième argument, l’équipe négative a affirmé que « (…) la violence causera des pertes en vie humaines ». Ils ont expliqué que « (…) trop de conflits ont eu lieu alors qu’ils auraient pu être résolus par le dialogue et l’entente mutuelle. Sommes-nous prêts à voir mourir nos frères. Prétendre qu’on peut agir œil pour œil dent pour dent ne fait que nous ruiner, nous détruire », a martelé l’un des débatteurs de l’équipe. Il a pris l’exemple de Gandhi qui a mené son pays à l’indépendance en utilisant la non-violence comme seule arme.

Verdict et critiques

Au terme du match, les juges ont voté à l’unanimité pour l’équipe affirmative. Mais, ils ont reproché aux deux équipes de n’avoir pas profité des contre-interrogatoires pour faire progresser le débat. La qualité des réfutations de l’équipe négative était plutôt moyenne dans le sens que les joueurs n’ont pas pris le temps de bien déceler les failles de l’équipe adverse.
Gaelle Felix, Olfton Benoit, Ralph Michel de l'équipe championne
Dans leurs commentaires, les juges ont relevé certaines imperfections dans le travail des équipes. Ils les ont conseillé de mieux travailler la construction de leurs arguments et de creuser beaucoup plus dans les réflexions afin d’avoir une meilleure cohésion dans les idées.

La révélation du tournoi

Merline Somerville fait ses premiers pas dans le débat, mais se distingue déjà au cours de ce tournoi. Sa bonne maîtrise de la langue et sa grande capacité d’expression orale font d’elle une très grande oratrice. Dans les contre-interrogatoires, elle fait toujours bonne figure. Elle est très astucieuse dans ses réponses et sait très bien comment contourner les pièges des équipes adverses.
Merline Somerville, la révélation du tournoi
Tout compte fait, ce tournoi a été une grande réussite. Les jeunes, dans leurs interventions se sont efforcés de respecter le format et leur temps de parole. Malgré tout, beaucoup reste encore à faire.

Tableau récapitulatifs des points pour la grande finale
Nom des joueurs
Points obtenus
Gaëlle Félix
82
Merline Somerville
78
Olfton
77
Ralph Michel
73
Diegue Stanley
72
Kovsky Bocage
70

Max Gregory Saint-Fleur

Animateur du club de débat de Darbonne

Aucun commentaire: