mardi 28 avril 2015

Camp-Perrin, champion 2015 du tournoi régional de débat du grand Sud


Camp-Perrin se hisse à nouveau au sommet

Le club de Camp-Perrin est devenu, dimanche 16 avril 2015, le nouveau champion en titre de la deuxième édition du tournoi régional du grand Sud, à Taciana Hôtel, à Léogane. L’équipe de Camp-Perrin, composée de Landy Guillaume, Lucie Dominique et Fenley Ménélas, a remporté le tournoi contre l’équipe de Darbonne, sous le score sans appel de 5-0. Les 5 juges ont donc voté à l’unanimité pour Camp-Perrin pour des raisons différentes, ravissant sur ses terres le titre que Darbonne détenait.
Fenley Ménélas, Lucie Dominique, Landy Guillaume de Camp-Perrin,
champions du tournoi, avec Alex Sylné, leur coach
Ces 2 équipes se sont rencontrées une première fois dans la compétition au tour éliminatoire. Le hasard des résultats a voulu qu’elles se croisent à nouveau à la finale. Or, l’équipe de Darbonne, formée de Gaëlle Félix, Merline Sommerville et Kovsky Bocage, avait remporté un premier match contre celle de Camp-Perrin. La finale avait tout l’air d’une revanche. C’est une très belle performance qui mérite d’être saluée.

C’est à croire que l’équipe de Camp-Perrin avait mieux assimilé les commentaires et appliqué les recommandations des juges qui avaient arbitré leur premier duel. La finale d’une forte intensité, arbitrée par trois juges très expérimentés, dont Elizabeth Pierre-Louis Augustin, la directrice des Programmes de FOKAL, et 2 jeunes juges très prometteurs qui sont des anciens débatteurs dans le programme de la fondation, a tenu toutes ses promesses en maintenant l’incertitude sur l’issue du match.
Kovsky Bocage, Gaelle Félix, Merline Sommerville,de Darbonne,
avec leur coach Max Gregory Saint-Fleur
Une compétition qui fera date…

Cette compétition de débat dans le format Karl Popper, réalisée exclusivement en créole, est une première en 19 ans d’histoire continue du programme de débat de FOKAL. Six équipes (Camp-Perrin, Darbonne, Jacmel, Cayes, Jérémie, Fond Parisien) ont été en compétition. Seize juges, dont 8 animateurs et 6 nouveaux juges formés récemment FOKAL, ont été mobilisés pour arbitrer les débats du tournoi.

Dix-huit (18) débatteurs, 11 filles et 7 garçons, se sont affrontés autour des 2 résolutions. Le premier sujet, annoncé aux clubs un mois auparavant, a été : « Leta ayisyen ta dwe limite kantite pati politik kap enskri nan eleksyon jeneral yo pou ranfòse demokrasi nan peyi a ». Le second est un sujet-surprise que les équipes préparent pendant le tournoi et qui s’intitule : « Leta ayisyen ta dwe ranbouse depans elektoral pati politik sèlman ki genyen 5% vòt popilasyon an pou pi piti ».
L'équipe du club de débat de Jacmel
Plus d’une douzaine de documents traitant du thème du tournoi, ont été fournis par le coordonnateur du Programme Initiative Jeunes de FOKAKL, aux 6 clubs de débat engagés dans la compétition, pour compléter leur recherche documentaire et les accompagner dans leur réflexion sur le sujet qui allait les amener à construire leurs argumentations.

La force de frappe des filles

Gaëlle Félix (Darbonne) a remporté le titre de « Meilleur débatteur du Tournoi », malgré la défaite de son équipe en finale. Ses prestations ont convaincu les jurys au point qu’ils lui ont attribué des points supérieurs à tous les autres débatteurs dans chaque match qu’elle a joué. Elle a fait montre dans tous les débats d’une grande capacité à réfuter, d’un indéniable talent à résister aux questions de ses adversaires, et d’une force de caractère qui ont impressionné plus d’un, probablement même ses adversaires.
Gaëlle Félix, de l'équipe de Darbonne
Meilleur débatteur du tournoi
En outre, les filles étaient non seulement supérieures en nombre parmi les débatteurs (5 équipes sur 6 étaient constituées de 2 filles et 1 garçon), mais encore elles ont accaparé 4 des 5 premières places du classement des débatteurs. La situation inverse s’est vérifiée malheureusement pour les garçons au bas du classement. (Voir le classement des débatteurs dans le blog).

Les juges ont été très impressionnées par la fougue et la détermination des débatteuses dont en grande partie l’effort des équipes a été davantage porté par elles. Une étude sur la diversité de l’effectif des clubs, sur les caractéristiques de l’intégration de leurs membres pourraient fournir une explication appréciable de cet épiphénomène dans le programme de débat.
Contre interrogatoire entre une débatteuse de Fond Parisien et une de Darbonne
De surprise en surprise

Les clubs de Jacmel et des Cayes ont connu des fortunes intéressantes et prometteuses dans cette compétition. FOKAL avait entrepris énergiquement, au cours des mois mars et avril derniers, des interventions fortes et promptes (validation de 2 nouveaux animateurs à la direction du club de Jacmel ; support appuyé au premier tournoi organisé par le club des Cayes), au sein de ces clubs pour les sortir de la situation désespérante dans laquelle ils se trouvaient.
Une débatteuse des Cayes interrogeant son adversaire de Camp-Perrin
Les résultats ont été rapides : Jacmel et les Cayes sont remontés respectivement à la 3e et 4e place du classement des équipes, alors que dans tous les tournois de débat antérieurs organisés par FOKAL, ils avaient des scores et des positions peu enviables, au point de démoraliser leurs membres, et risquant d’entrainer leur disparition pure et simple. (Voir les résultats et le  classement des équipes dans le blog).

Nous voulons croire maintenant - du moins la fondation l’espère - que ces 2 clubs sauront garder et amplifier ce nouvel élan pour transformer leurs équipes en de terribles adversaires au débat, pour aider leurs débatteurs de retrouver leur confiance perdue, et pour faire de leurs membres d’excellents débatteurs en toutes circonstances.

Débattre en créole, un coup d’essai réussi…en maitre

Selon plusieurs juges et animateurs participant à cette compétition régionale, faire débattre les jeunes en créole est un coup d’audace de FOKAL sur lequel ils n’ont pas tari d’éloges. L’objectif premier de cette expérience, qui a été de satisfaire une requête récurrente des animateurs et des débatteurs depuis plusieurs années, est désormais atteint.

Le second objectif qui visait à formaliser le débat en créole et de l’implanter durablement dans le programme de débat de FOKAL, est en passe d’être atteint, puisque la 3e édition du tournoi régional de l’Ouest, le samedi 9 mai prochain, sera réalisée également en créole. FOKAL maintient l’idée de rééditer l’expérience autant de fois qu’il le faut.

Le 3e objectif, qui n’est pas des moindres, a été de vaincre les résistances et de vider de leur substance les arguments des animateurs et animatrices des 14 clubs de débat du réseau qui étaient contre le projet, lors de la passe d’armes entre eux lors de la réunion annuelle des animateurs, en septembre 2014 à FOKAL. Aux témoignages et aux commentaires positifs des débatteurs, juges et coaches à ce tournoi, on peut dire sans crainte d’être contredit, que FOKAL a réussi le coup.

En perspective

FOKAL a fait remplir à chaque participant(e) de ce tournoi régional un questionnaire d’enquête afin de recueillir leurs points de vue, leurs suggestions et leurs recommandations concernant l’expérience du débat en créole. Le traitement et l’analyse des données récoltées permettront à la fondation de corriger, d’améliorer et de finaliser les règlements qu’elle avait élaborés pour encadrer les débats en créole.

Un débatteur de Fond Parisien interrogeant un adversaire de Fond Parisien
Le tournoi régional de l’Ouest, prochainement à l’école congréganiste de Christ-Roi (1ère ruelle Nazon) sera considéré comme un exercice de rodage et de confirmation des acquis de son équivalent du Sud. La même enquête sera effectuée auprès des débatteurs, animateurs et juges engagés dans cette compétition. Les données subiront le même traitement et FOKAL fournira les résultats combinés des 2 enquêtes, et enfin tirera des conclusions générales sur l’expérience qui feront l’objet d’une publication ultérieure.

Il en sera de même pour la retranscription en créole des arguments d’un match de débat du tournoi. Pendant ce temps, l’expérience continue…

Jean-Gérard ANIS
Coordonnateur des Programmes Initiative Jeunes
FOKAL

1 commentaire:

Anonyme a dit…

gaelle a du talent mais beaucoup trop agressive.Camp perrin n est pas si mauvais mais il y a du boulot a faire et c est pour sa que je leur souhaites bonne chance et bon travail.MCHAELLA EST UNE BONNE DEBATEUSE QUI MERITE D ETRE PRONER ET ENCOURAGER CAR WAWWWW ELLE EST DOUER CETTE FILLE.