mardi 26 mai 2015

Formation de juges de débat au Cap-Haitien

Onze (11) jeunes ont bénéficié au Cap-Haitien d’une formation pour juges de débat, effectuée par Jean-Gérard Anis, le coordonnateur du Programme Initiative Jeunes de FOKAL, samedi 24 mai 2015, au collège congréganiste Regina Asumpta, à l’initiative des deux responsables du club de débat de cette ville, Edwin Pierre-Louis et Alendy Almonor. La quasi-totalité sont des étudiants, 2 sont des enseignants, malheureusement aucune femme, malgré que trois y ont été invitées.
Les participants à la formation de juges de débat au Cap-Haïtien
L’objectif de cet enseignement d’une journée est de constituer une équipe de juges de débat à la disposition du club afin que ses deux animateurs puissent y réaliser des compétitions qu’ils n’ont pas pu faire depuis 2 ans, handicapés par l’absence de ce genre de ressources. Les premiers qui ont reçu cette formation au Cap, il y a plus de 2 ans déjà, sont soit indisponibles soit introuvables aux dires d’Edwin.

Pas du tout au fait de l’existence du club et des ses activités dans la ville, neuf des participants à cet apprentissage ont été très maladroits à définir ce qu’est le débat, au début de la formation. Ils réduisaient l’exercice à une discussion libre ou bien à une sorte de concours d’opinions sur un thème précis, insistent-ils, pour résoudre un problème.
Un participant à la formation tente de définir ce qu'est le débat
[Le débat est une confrontation d’arguments planifiée, se déroulant en direct, entre 2 personnes ou groupes de personnes, défendant chacune une position sur un sujet controversé, selon un format précis, dans le but de convaincre un auditoire ou un jury]

Apprendre à débattre

Néanmoins, les seuls débats qu’ils connaissent ou ont vu à la télé, et qui leur viennent spontanément à l’esprit, sont les débats présidentiel américain entre Obama et MacCain (un modèle d'après eux, car ordonné et plein de données) et haïtien entre les candidats Martelly et Manigat (une vilenie, selon eux, car comportant trop d’attaques ad hominem). Ils n’ont pas oublié de citer les débats au parlement haïtien, et dans des cercles d’étudiants qui ne les ont pas du tout ravis.

Lire article précédent de la formation des juges sur la formation des juges à Jacmel à http://vaguedufutur.blogspot.com/2015/05/formation-de-juges-de-debat-jacmel.html    

Après leur avoir appris les notions importantes [confrontation, sujet, argument, support], les  principes [tolérance, honnêteté, ouverture d’esprit], les objectifs du débat [apprendre, comprendre, convaincre], ils ont été initiés aux techniques du format Karl Popper dont le déroulement [le fardeau des équipes, les étapes, les temps de parole], les discours importants [les plaidoyers affirmatif et négatif, la réfutation, la reconstruction d’arguments], le rôle des débatteurs dans chaque équipe.
Les juges travaillent en atelier pour élaborer un argument
Dans l’objectif de les familiariser au processus de réflexion des jeunes débatteurs, ils ont travaillé en ateliers pour s’exercer à construire, à réfuter puis à reconstruire un argument, pour défendre une position pour ou contre sur un sujet qu’ils ont eux-mêmes proposés. L’exercice s’est révélé concluant car non seulement ils ont réussi parfaitement l’exercice, mais encore ils étaient complètement pris dans la dynamique de débattre en oubliant que ce n’était qu’un simple exercice pratique.

Apprendre à juger un débat

Juger un débat les a rendus très perplexes face à la complexité des notions, des techniques et au processus de déroulement du débat qu’ils doivent maîtriser, et également devant les exigences (être objectif, être impartial, être impliqué) et les contraintes (être concentré, prendre des notes, évaluer la performance individuelle des débatteurs, décider justement) auxquelles un juge doit se soumettre. Toutefois, ils se sont montrés très disposés à apprendre.

Visionnage du guide DVD de débat de FOKAL
La documentation aidant, ils ont été très attentifs aux critères (vérifier que les arguments sont bien construits et cohérents, s’assurer que les arguments ont été valablement réfutés et reconstruits de part et d’autre, évaluer les points de confrontation gagnés par chaque équipe) aux méthodes (contrôler que chaque débatteur a bien rempli son rôle, noter la performance de chacun, donner un verdict indépendant basé sur ce qui vous a convaincu dans le débat) pour bien juger un débat.

Les explications fournies dans le guide DVD de FOKAL sur le travail précis du juge durant un match de débat, ainsi que le témoignage filmé d’un ancien juge de débat jacmélien, très expérimenté, sur les qualités du juge et les défis d’arbitrer un débat, ont fini par les rassurer. Ils ont compris, après le visionnage du guide vidéo, que le juge est soumis à des pressions autant que les jeunes et que l’insatisfaction ou l’incertitude de sa décision sont des choses qui arrivent à tout le monde.

Le coup d’essai

A la fin, les onze nouveaux juges ont arbitré un match de démonstration de débat entre 2 équipes du club du Cap. Leurs commentaires d’après match et le verdict avec justification que chacun a prononcé, les ont rapidement plongés dans le bain d’un match de débat et la tension de l’arbitrage. Ils ont effectué leur travail avec beaucoup de concentration et de sérieux, même si beaucoup ont encore du mal avec le système de notation des débatteurs.
Les nouveaux juges arbitrent un match entre 2 équipes du club
Leurs réactions à l’évaluation de la formation sont qu’ils ont été pleinement satisfaits. Quand bien même ils ont reconnu avoir besoin davantage de précisions sur la prise de notes, sur l’importance du contre-interrogatoire dans l’arbitrage, et sur les éléments qui doivent fonder la décision du juge, ils ont affirmé avoir bien appris sur le format Karl Popper et les critères pour bien juger un débat, grâce à la riche documentation fournie.

L’un d’eux est allé jusqu’à dire : « Selon moi, les jeunes ont un besoin pressant pour ces genres d’activités intellectuelles constructives ». Avis partagé par la directrice du collège Regina Asumpta qui héberge le club, Sœur Yanick Sulfradin qui désormais veut donner tout son support et toutes les facilités logistiques au développement du débat dans son établissement.

Les nouveaux juges analysent les arguments des débatteurs avant de donner leur verdict
Les nouveaux juges ont tous ardemment manifesté le désir de mettre leurs nouvelles compétences en pratique et au service du club et du programme de débat et de s’impliquer dorénavant dans ses activités. Ils seront bientôt servis car le club du Cap-Haïtien organise vers la fin du mois de juin son premier tournoi de débat depuis trois ans.

Jean-Gérard Anis
Coordonnateur du Programme Initiative Jeunes
FOKAL


Aucun commentaire: