mercredi 7 octobre 2015

Education à la citoyenneté : L’Office de Protection du Citoyen s’engage

Mardi 6 octobre 2015 a eu lieu au local de l’Office de Protection du citoyen le lancement officiel du programme « Education à la citoyenneté » de cette institution, en présence de la presse parlée, écrite et télévisuelle de la capitale, des représentants de l’Etat, d’organismes de droits humains, de la société civile, des cadres de l’OPC à P-au-P et en province, des directeurs d’écoles, d’élèves et d’écoliers des établissements scolaires publics et privés de la capitale.
Une partie de l'assistance
L’objectif de ce programme à destination des écoliers et des élèves, qui a démarré réellement à Port-au-Prince en 2010 puis s’est étendu peu à peu au reste du pays, est de former une nouvelle génération de citoyens, empreints de la culture des droits humains. Ce programme participe à la promotion d’un autre modèle de société, selon Jude Jean-Pierre, le jeune et très déterminé directeur de formation et des relations publiques de l’OPC.

Eduquer un enfant pour servir son pays

Ce programme « Education à la citoyenneté » est à la fois un programme d’information, de formation et de sensibilisation. L’activité consiste en une série de causeries d’une heure, réalisées par un formateur ou une formatrice mandatée par l’OPC dans les écoles publiques et privées, dans diverses communautés du pays (Jérémie, Jacmel, Aquin, Ouanaminthe, Petit-Goâve…) pour instruire les jeunes sur leurs droits et devoirs.
Florence Elie, la directrice de l'OPC, au centre
Les formateurs se concentrent sur les points suivants : la mission de l’OPC, le civisme, les droits et devoirs, l’environnement, le rôle des pouvoirs publics, le patriotisme, le sens du devoir… Ils utilisent une trousse éducative « Je m’engage », développée avec l’appui d’une ONG canadienne appelée Equitax, et disponible sur le site web de ces 2 institutions et du GARR.

A date, 1.134 séances ont été déjà réalisées, et 59.954 élèves ont été touchés par ce programme d’éducation civique, sur une période de 5 ans, soit de 2010 à 2015. La démocratie passe par l’éducation des enfants. « Eduquer un enfant, c’est le mettre en condition pour servir son pays », conclut Jude Jean-Pierre. Car tant vaut l’éducation vaut la société.

Le MENFP milite pour une école citoyenne

Le directeur du Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle (MNEFP), Reynold Telfort, invité à la cérémonie, a affirmé que ce programme développé et exécuté par l’OPC est en train de proposer des voies de sortie à 3 millions d’enfants de la société, qui font face comme les adultes à d’importants problèmes dans le pays : violence, discrimination de genre, environnement…
Intervention de Reynold Telfort, le directeur du MENFP
Selon ces propos, il croit qu’il ne suffit pas de fournir aux enfants à l’école des compétences de base (lire, écrire, compter), il est important également de développer l’aspect citoyen, ce qui veut dire leur inculquer des comportements responsables (par exemple zéro sachet plastique dans l’enceinte des écoles), et des valeurs (le symbolisme du drapeau, les droits…).

Reynold Telfort a profité pour annoncer que le MENFP a engagé les chantiers de la réforme des curricula (les programmes de cours en vigueur actuellement ont 35 ans), dans le but (ou plutôt l’idéal) de construire des citoyens adaptés au XXIème siècle, compétitifs par rapport aux autres nations, avec une posture citoyenne, c’est-à-dire consciente de ses droits et de ses responsabilités.

L’OPC en passe de gagner son pari

La protectrice du citoyen, Florence Elie, a rappelé dans son discours que l’effort individuel sans connectivité avec d’autres acteurs a généralement un faible impact. C’est pourquoi l’OPC recherche des synergies dynamiques et institutionnelles pour maximiser les chances de réussite des projets, des programmes de l’institution.
Intervention de la laureate Ketlie André, déléguée régionale de l'OPC dans la Grand-Anse
Elle a remercié, félicité, honoré et récompensé des délégués régionaux de l’OPC, formés à la promotion des droits humains, qui ont été les principaux acteurs de ce programme en province. La lauréate, en termes de performance dans ce programme, est Ketlie ANDRÉ, une femme originaire de la Grand-Anse, qui a organisé à Jérémie 90 séances de formation touchant 9,912 élèves, en moins de 6 mois.

Jean-Gérard ANIS
Coordonnateur du Programme Initiative Jeunes

FOKAL

Aucun commentaire: