mercredi 14 octobre 2015

Six conseils fondamentaux de débat

6 conseils fondamentaux de débat de l'entraîneur de la meilleure équipe de débat universitaire du monde

Par Richard Feloni

Samuel Nelson a pratiqué l'art du débat depuis qu'il avait 12 ans.
Aujourd'hui, il est professeur à l'Université Cornell et le directeur de son équipe de débat, que l'Association Internationale de l'Education par le Débat classe comme le  l'équipe de débat universitaire n ° 1  dans le monde.

Nous avons demandé à Nelson comment on pourrait commencer à élaborer et livrer de meilleurs arguments. Vous remarquerez comment, avec une certaine tempérance, beaucoup de ces qualités d'orateur peuvent travailler aussi bien sur scène que dans une salle de réunion.

Voici les conseils de Nelson:

Comprendre les éléments de votre argument.

Nelson dit même si cela peut sembler basique, la plupart des gens ne réalisent pas ce que sont les éléments d'un argument.

Votre argumentation a besoin de:
une déclaration : Vous avez à dire quelque chose que vous essayez de faire passer.
une justification: Vous devez expliquer pourquoi votre point est vrai.
des données: Vous avez besoin de preuves pour valider votre explication.

Séduire votre auditoire.

Les composants de votre argumentation doivent ensuite être livrés à travers les éléments de la persuasion du philosophe grec Aristote.

Vous devez convaincre votre auditoire à travers l'ethos, la crédibilité fondée sur le caractère; pathos, un appel à l'émotion; et le logos, la logique. Garder ceci à l'esprit, Nelson recommande également que vous persuadez avec les quatre étapes décrites dans "The Art of Woo", par G. Richard Shell et Mario Moussa:

1. Présenter un problème qui doit être réparé.
2. Révéler la racine du problème.
3. Expliquer votre solution.
4. Illustrer comment votre solution apportera de bonnes choses à l'auditoire.

Garder votre calme.
« Une des choses que vous recherchez dans un bon débat est l’affrontement», dit Nelson, mais cela ne veut pas dire que les débatteurs qui ont réussi devraient avoir une écume à la bouche quand ils sont défiés. C’est pourquoi Nelson a donné à son équipe de débat ce mantra: "Ne pas élever la voix / Améliorez votre argument."

Les débatteurs, en particulier dans le monde de la politique, peuvent être des tisons dans le sens où ils gagnent le soutien en exprimant leur passion sur certains sujets. Mais ils ne peuvent pas gagner un argument si elles laissent leur adversaire les conduire à des débordements émotionnels qui stoppent leur message.

Nelson dit que l'un des meilleurs débatteurs dans la politique américaine était le président Ronald Reagan, qui a maintenu une attitude cool, même face à des attaques vicieuses. Nelson dit à ses élèves que se concentrer strictement sur les éléments de leur argument aide à rester concentré quand un débat s’échauffe.

Identifier plutôt que d'ignorer les attaques personnelles.

Sur cette note, il y a bien sûr toujours le risque que votre adversaire attaque votre personne plutôt que simplement votre argument.

« Dans la vie quotidienne, prendre la grande route serait d’ignorer une insulte grossière et de poursuivre votre chemin. Pas dans un débat », dit Nelson. Il conseille à ses élèves de «combattre l'attaque personnelle, de ne pas l'ignorer."

Dans un débat présidentiel, par exemple, un candidat peut accuser l'autre d'être un gouverneur terrible. Plutôt que de dire pourquoi l'adversaire est un mauvais sénateur ou faire comme s’il n'a pas entendu, le candidat ferait mieux d'abord de répéter l'insulte, de donner une brève explication du pourquoi elle était incorrecte, puis faire la transition vers un de ses points clés du débat.

Un auditoire peut être divertie par une riposte personnelle, mais il va être vraiment impressionné par une réponse de classe.



Pivoter sur vos forces quand l’occasion se présente.

Une des choses les plus frustrantes de politiciens est la façon dont ils peuvent éviter de répondre aux questions en répétant un message qu'ils ont déjà répété plusieurs fois auparavant.

Pour éviter de ressembler à un robot (ou une secousse), vous devez répondre à toute question secondaire ou de défi et peaufiner votre réponse en retour sur un de vos points fondamentaux dont vous voulez que votre auditoire se souvienne.

Représentez votre électorat.

Un des derniers messages que Nelson donne à tout le monde sur le coaching est : "Ne pas faire de gaffe !», qui signifie essentiellement, «Ne dites pas de bêtises ! » La façon dont il les obtient pour les rendre eux-mêmes ridicules est de leur rappeler pour qui ils parlent.

S’il parle à un étudiant, il leur rappelle qu'ils représentent leur université. S’il parle à un homme politique de haut rang, il leur rappelle qu'ils représentent leur Etat. «À tout le moins, Trump représente sa marque», dit Nelson.

Vous ne voulez pas être dans une situation où vous embarrassez les gens que vous représentez, Nelson dit, et «si vous vous en souvenez, vous pouvez rester sur la bonne voie."

Lire la suite: http://www.businessinsider.com/debating-tips-from-cornell-debate-team-director-2015-8#ixzz3iACKucNV


Traduit en français par Jean-Gérard Anis
FOKAL

Aucun commentaire: