lundi 18 octobre 2010

Le changement climatique c’est quoi ?


 Un jeune du club de Martissant a voulu partager avec la communauté VDF le résultat de ses lectures sur le réchauffement climatique.


Un changement climatique correspond à une modification durable (de la décennie au million d'années) des paramètres statistiques (paramètres moyens, variabilité) du climat global de la Terre ou de ses divers climats régionaux. Ces changements peuvent être dus à des processus intrinsèques à la Terre, à des influences extérieures ou, plus récemment, aux activités humaines.
Le changement climatique anthropique est le fait des émissions de gaz à effet de serre engendrées par les activités humaines, modifiant la composition de l'atmosphère de la planète[2]. À cette évolution viennent s'ajouter les variations naturelles du climat.
Principaux facteurs reconnus de changement climatique
Dans les travaux du GIEC[3], le terme « changement climatique » fait référence à tout changement dans le temps, qu'il soit dû à la variabilité naturelle ou aux activités humaines.
Au contraire, dans la Convention cadre des Nations Unies sur le changement climatique[4], le terme désigne uniquement les changements dus aux activités humaines. La Convention cadre utilise le terme « variabilité climatique » pour désigner les changements climatiques d'origine naturelle.

Il a d'abord été évoqué par plusieurs auteurs, puis modélisé par Svante Arrhenius en 1896[7]. Le terme (en anglais global warming) a été inventé par le climatologue Wallace Broecker(en) dans la revue Science le 8 août 1975[8]. Depuis, le GIEC affirme que ce réchauffement tend à s'emballer et que les cycles et processus de régulation climatique classiques sont dépassés de puis 1950, avec notamment :
  1. Le dégel du pergélisol contenant du méthane (CH4), dont l'action sur l'effet de serre est de 23 fois supérieure au dioxyde de carbone (CO2).
  2. La fonte des glaces polaires et des glaciers augmente l'absorption par les sols et les océans des rayonnements solaires.
  3. Durant les canicules plus fréquentes, la végétation ralentit sa croissance et donc sa capacité à extraire le carbone de l'atmosphère.
Il s'agirait d'un basculement vers un déséquilibre climatique de forte ampleur, sans que l'on puisse déjà savoir si un point de non-retour est atteint.
Le GIEC ne mène pas de recherche en son propre nom mais a pour mission d’évaluer les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation[9]. Au moins huit des dix années les plus chaudes depuis 1850 sont postérieures à 1997.


Par Ricardo Guillaume
Jeune du club VDF de Martissant

Aucun commentaire: