mardi 12 octobre 2010

Témoignages et réflexions d'une jeune de VDF


Le projet Vague du futur est un projet national. Ce projet dans lequel des jeunes haïtiens de différentes parties du pays, vivant des réalités différentes ont la possibilité d'échanger, de discuter, d'opiner sur des sujets divers qui touchent notre société et par extension, le monde entier. Sa principale activité est le débat qui est avant tout un jeu éducatif, et aussi un moyen de permettre aux jeunes haïtiens de discuter sur des sujets controversés en suivant une méthode et des règlements dans une ambiance amicale.
Moi, personnellement intégrer un club Vague du futur m’a appris à mieux comprendre l'opinion des autres jeunes et à tenir compte de leurs divergences d'idées. Être dans un club de débat Vague du futur m’a permis de m'extérioriser, et grâce au séance de speaker corner, je prend plus facilement la parole en public. Étant un jeu éducatif, le débat m'a poussé à faire plus de recherches, à me documenter, et m'a surtout montré que pour discuter il faut prendre le temps de bien formuler ses arguments. Le débat m'a appris beaucoup de choses, et le plus important, le respect des opinions des autres même lorsqu'on ne les partage pas.
Le débat tout en étant un jeu éducatif, fait partie de notre vie de chaque jour puisque tous les jours nous rencontrons des problématiques, des sujets sur lesquels nous devons réagir surtout dans notre pays où nous sommes dans une phase de relance, de reconstruction. Cette reconstruction doit se faire par le moyen d'un débat national ou toutes les couches sociales présenteront leurs cahiers de doléances et pourront aboutir à une conscientisation nationale où chaque haïtien agira dans le seul but de changer ce pays, Haïti.
La reconstruction, bien qu'elle doit avant tout passer par une conscience collective ,ne peut se faire sans l'éducation car on ne saurait parler de développement d'un pays sans l'éducation. En considérant qu'en Haïti 70 à 80% de la population sont des analphabètes, et qu'au 20% restants l'État est en mesure de  garantir le droit  l'éducation, elle ne le fait que dans des conditions très critiques; le système éducatif haïtien est à repenser. L'état haïtien doit prendre conscience que l'éducation est  la base de toute société humaine qui vise le progrès et droit mettre un accent sur un programme de reconstruction, de relance du système éducatif haïtien, car Haïti ne pourra prospérer sans l'éducation. Puisque nous sommes dans la période pré-électorale la relance du système éducatif haïtien doit être l'objectif premier de n'importe quel aspirant au pouvoir.
Consciente qu'on est dans une période pré-électorale; les joutes prévues pour bientôt représentent une préoccupation nationale. Bien que nombre de candidats refusent de l'admettre mais l'on constate que le peuple haïtien n'est pas en mesure de voter après tant de déception vis à vis de ses représentants et notamment après le séisme du 12 janvier qui a aggravé la situation du peuple déjà chaotique. On remarque un manque de volonté au sein du peuple. Ils ne font plus confiance aux candidats qui, d'après eux , n'ont aucune vision pour le pays et ne veulent  que s'enrichir. De toute façon, je pense que les élections seront la résultante de bien de démagogies. D'ailleurs le mode de vie du peuple en est la preuve, car un peuple affamé, sans éducation, sans logement; un peuple qui se voit perdre sa conscience citoyenne pour assurer sa survie personnelle, peut-il voter? Avec tous ces problèmes, le peuple haïtien se voit bien dans l'obligation de ne plus compter sur l'avenir d'un pays qui est le leur. Tenant compte de ces divers problèmes auxquels le peuple est confronté, les élections ne seront pas crédibles parce que des candidats malhonnêtes vont se servir de la faiblesse du peuple c'est à dire qu'ils feront des distributions de nourriture, d'argent et feront des promesses qu'ils ne pourront pas tenir pour acheter le peuple. Et comme toujours le peuple sera méprisé, déçu et abusé. Cette situation va mener  à une instabilité à tous les niveaux dans notre société.
Puisqu'on doit obligatoirement passer par les élections, l'avenir de tout un pays va se reposer sur la décision d'une masse d'analphabètes achetables puisque la majorité de la population ne sait ni lire ni écrire. Pour illustrer: allez sous les tentes et faites un recensement! Combien sont ceux qui disent vouloir voter sans quelque "chose" en retour? Allez donc imaginer ce que c'est que cette fameuse "chose" et vous verrez qu'elle n'est autre qu'un échange! D'ailleurs ce slogan est de mise dans notre société :"DWET MWEN SE POU VANN". Pourtant ce sont ceux-là qui auront à décider de notre avenir en tant que peuple. Le peu d'intellectuels que nous possédons ne pourra se faire entendre puisqu'ils représentent une minorité de la population. Alors dites-moi qui sont les discriminés : les analphabètes, dont certains prétendent que ce sont les paysans, ou bien nous autres les intellectuels?
Peu importe, bientôt ce seront les élections et nous allons assister à une pièce de théâtre qu'on n'a pas cessé de voir et qui se termine toujours d'une triste façon. Nous autres jeunes sommes les victimes de cette tragi-comédie. Et après un tel gâchis, on va encore répéter cette même phrase :"l'avenir appartient aux jeunes!". Mais qu'ont- ils laissé d'exemples pour nous, mis à part les gâchis administratifs dans les bureaux étatiques et leur corruption qui pourrit tout?  Quel avenir nous autres jeunes avons-nous ?  Je crois que n'importe quel élu après ces élections devrait se poser ces questions : Qu'est ce que je laisserai de positif? Quels sont les exemples qui seront laissés aux futurs représentants du peuple haïtien?
De toute manière, l'avenir dira le reste et espérons qu'enfin un vent de changement soufflera sur Haïti.

               Marjonitha LAFOND
 Club Vague du Futur de Côte-Plage

1 commentaire:

Ben a dit…

A voir la qualité des réflexions des jeunes, on se rend compte que si effectivement l'Etat les encadrait, notre pays irait très loin. Félicitations Marjonitha.
Bengie Alcimé, animateur VDf Christ-Roi