lundi 18 avril 2016

GUIDE DE RÉDACTION DE MOTIONS (SUJETS) DE DEBAT

Nous sommes très heureux de vous fournir ces lignes directrices sur la rédaction de motions amusantes, équilibrées:

Une motion bien rédigée devrait être celle qui identifie ou au moins fait allusion à un problème avec le monde à l'heure actuelle (connue sous le nom « statu quo ») et qui introduit une proposition claire pour résoudre ce problème (connu comme une « politique »). Pour une catégorie de motions, appelée motions « politique », la proposition qui résout le problème peut être assez complexe. Pour une autre catégorie, appelée motions « analyse », la proposition sera généralement de suggérer qu'une conviction particulière devrait être adoptée.

La motion « Cette Chambre serait pour la légalisation des drogues » contient une politique bien définie : la légalisation des drogues. En conséquence, elle laisse entendre également que le statut illégal de médicaments pourrait être un problème pour la société dans le cadre du statu quo.

Une bonne motion devrait contenir une charge (fardeau) facilement découvrable à laquelle les débatteurs du côté affirmatif doivent répondre. Un fardeau est composé du problème qu’une équipe de la proposition (POUR) a identifié, de sa solution proposée à ce problème et les critères qui doivent être appliqués pour juger cette solution comme un succès.

Les motions devraient également permettre à l'équipe adverse (CONTRE) de faire une défense claire du statu quo. La motion « Cette Chambre voudrait mettre fin aux famines » est presque non opposable, parce que la plupart des équipes d'opposition (CONTRE) se sentiraient obligés de défendre des réponses inadéquates aux catastrophes alimentaires.

Une motion ne devrait jamais être dogmatique. Une motion dogmatique exige que l'équipe de la proposition (POUR) défende une politique de lutte contre toutes les exceptions possibles que l'opposition pourrait imaginer. En d'autres termes, un mouvement dogmatique est celui qui empêche la proposition de créer des politiques souples ou d'accorder des concessions à des arguments scandaleux de l'opposition.

Les motions dogmatiques contiennent souvent le mot « jamais ». Par exemple, la motion « La Chambre ne permettrait jamais à la police d'intercepter les appels téléphoniques privés » empêcherait l'équipe de la proposition de créer une politique qui permet à la police d'espionner les terroristes planifiant une attaque imminente. Les motions dogmatiques ou «jamais» permettent aux équipes adverses de gagner simplement en imaginant des exceptions aux nouvelles règles juridiques, sociales ou économiques qui composent la politique de la proposition.

Le débatteur et écrivain Neill Harvey-Smith fait remarquer que cette règle "explique pourquoi les motions de débat sonnent souvent très austères et difficiles. Les équipes affirmatives devraient soutenir un changement audacieux, alors que les équipes adverses défendraient le statu quo."

Le débatteur et le juge de débat hautement considéré, Sheng Li Wu, suggère de tester les motions potentielles contre les questions suivantes. Chacune de ces questions évalue si oui ou non la motion peut se développer en un débat intéressant qui peut être soutenu à partir de plusieurs points de vue différents.

1) Une personne nouvelle au débat, qui lit (mais ne doit pas nécessairement avoir une mémoire parfaite en) des sources d'information pour le grand public réputées, comprend-elle le sujet de la motion?
- Si oui, la motion peut être discutable, et peut être adaptée à la poursuite d’un développement.

2) Est-ce que le débat contient au moins cinq arguments logiquement distincts de chaque côté de la motion, qui restent convaincants et intéressants lorsqu'ils sont lus séparément les uns des autres?
- Si oui, il peut y avoir assez d'information accessible sur la motion pour la rendre discutable et intéressante à un large éventail de personnes.

3) Est-ce que des arguments utilisés dans le débat sont si forts et vastes qu'ils pourraient être utilisés pour répondre à toute réfutation potentielle ou argument présenté par un adversaire?
- Si oui, le débat peut être logiquement vicié ou inadapté pour le public à qui cela est présenté.

4) Est-il possible pour une équipe proposant la motion de créer un débat terne, confus, non informatif ou offensant si elle comprend mal la motion?
- Si oui, la motion peut être formulée d'une manière qui est trop technique ou complexe.

5) Y a t-il une façon sournoise pour une équipe POUR ou CONTRE, d'interpréter la motion sans pour autant tricher (c.-à redéfinir délibérément des mots autrement clairs, mettre en contexte dans un lieu différent ou à un moment donné), pour gagner un avantage antisportif – c’est-à-dire qui empêche leurs adversaires d'introduire de nouvelles idées dans le débat.
- Si oui, le sujet de la motion devra peut-être être plus précis.

Nous aimerions également ajouter la suivante :

6) Est-ce que la motion est rapidement devenue obsolète?
- Si oui, le débat devrait être davantage fait sur les sujets de principes. Parce qu’elle doit pouvoir être  débattue sur une large période, il est préférable de ne pas avoir une motion autour d'un événement spécifique. Vous pourrez peut-être aller vers un débat d'analyse «Cette Chambre croit…» qui est sur les principes mais non sur les politiques.

Enfin, pour rendre cela plus facile pour les gens, qui ont le français (ou l'anglais) comme langue seconde pour comprendre les débats, ils devraient être aussi simples que possible. En particulier, il est préférable d'éviter de faire des motions négatives.




Aucun commentaire: