mardi 12 mars 2013

Le club de BMC organise son tournoi de débat


Le pari du club de BMC

Le club de BMC organise son premier tournoi annuel de débat, le samedi 23 mars 2013, à partir de 10h am, dans les locaux de FOKAL. Quatorze matches sont prévus avec 8 équipes, autrement dit 24 débatteurs au total. La compétition qui se fera dans le format Karl Popper, sera autour deux énoncés : « L’Etat haïtien devrait interdire toute publicité pour le tabac » et « Des cours d’éducation sexuelle devraient être instaurées à l’école en Haïti ».


Le club, qui comprend une cinquantaine de membres, a fait le pari de réussir son tournoi. A cet effet, le coordonnateur des Programmes Initiative Jeunes de FOKAL a effectué samedi 9 mars 2013 une visite dans ce club afin de pouvoir accompagner les 2 animateurs, Ricardo Nicolas et Mozeau Wedly, et les débatteurs, dans la préparation de l'événement.

Le coordonnateur s’est montré disponible pour répondre aux questions des jeunes du club sur les notions du débat. Bien qu’ils aient reçu auparavant une formation au débat avec leurs 2 animateurs, beaucoup d’éléments les préoccupent dans le format Karl Popper. Leurs questions ont porté sur les notions suivantes :

Comment construire un bon argument ?

Un bon argument se doit être clair, logique, objectif, bien supporté et résistant à la réfutation. Il doit comporter une déclaration brève et simple.
Cette déclaration doit être suivie d’une explication qui démontre comment et pourquoi l’argument est généralement vrai. Idéalement, l’explication et le raisonnement ne doivent être que de quelques phrases seulement.
L’argument doit être supporté par un ou des exemples qui montrent qu’il s’applique dans la réalité. Le support doit convaincre le juge et le public que votre argument est vrai dans le monde réel.
Enfin, l’argument s’achève avec une petite conclusion qui montre exactement comment il soutient votre point de vue. Une technique utile est de répondre à la question « Et alors ? » en rapport avec l’argument.

Comment construire un argument à partir d’une source ?

Tout est une question de méthode de travail. Quand vous disposez de documents traitant du sujet, vous devez être capable d’isoler les informations qui vont pouvoir vous servir dans l’élaboration de votre argumentation.

Quels types de support peut-on utiliser dans le débat?

Les supports sont des exemples qui constituent le moyen le plus simple et le plus courant de justification et de preuve. Ces exemples doivent être réels, c’est-à-dire ils ne peuvent pas être hypothétiques ; généraux, pour ainsi dire évidents; significatifs, autrement dit importants. Évitez les anecdotes personnelles. Les données statistiques, les résultats d’enquête et d’étude, les citations de spécialistes et d’experts reconnus dans un domaine de connaissance, des faits avérés et connus constituent de très bons supports. En toute occasion, vous devez citer la source de votre support.

Pourquoi est-ce important de définir les termes de l’énoncé du débat ?

L’objectif de la définition est d’expliquer ce qu’un mot de l’énoncé signifie pour votre débat. Dans tous les débats, les 2 équipes doivent définir les termes de la résolution, aussi claire et simple que possible (ce qui ne veut pas dire qu’il faut définir chaque mot de l’énoncé). La définition sert aussi à limiter la portée de l’énoncé et donc du débat, pour éviter les hors-sujet. La définition doit demeurer raisonnable, consensuelle, c’est-à-dire elle doit rencontrer l’adhésion d’un public neutre, peu averti du sujet.

Comment faire une bonne définition ?

Quelques techniques pour faire une bonne définition :
-          Ne définissez pas les termes métaphoriques littéralement, à l’exemple de cet énoncé métaphorique, « La carotte (une incitation) vaut mieux que le bâton (la punition)».
-          Ne donnez pas de définitions trop compliquées, celles d’un dictionnaire par exemple. Mieux vaut l’expliquer en rapport avec la motion spécifique que vous débattez, même si vous vous inspirez d’un dictionnaire.
-          Soyez prêts à donner des exemples pour expliquer votre définition, au cas où elle ne permettrait pas de clarifier le sens des mots.

Comment poser de bonnes questions ?

Quelques règles à suivre :
-          Votre question doit avoir rapport avec les propos que l’orateur est en train d’énoncer ou qu’il/elle vient juste d’énoncer.
-          Chaque fois que c’est possible, formulez vos demandes sous forme de question.
-          Evitez de poser des questions qui permettent à l’orateur d’exposer les points forts de l’argumentaire de son équipe
-          Vos questions doivent être aussi courtes que possible.
-          Evitez d’engager une conversation avec l’adversaire
-          Posez des questions qui attaquent l’argumentation de votre adversaire, mais non qui défendent la vôtre.

Est-il nécessaire au 3e orateur de dire que son équipe a gagné le débat ?

Pas nécessairement, car cela n’a pas d’importance pour le juge qui seul décide de l’issue du débat sur la base des arguments en confrontation. Néanmoins, le 3e orateur doit être capable d’indiquer et prouver aux juges les points de confrontation (clash points) dans le débat qu’il pense que son équipe a remportés.

Que faut-il faire pour bien réfuter un argument ?

-          Notez bien d’abord l’argument de l’adversaire
-          Identifiez l’expression-clé (ou thème) de la déclaration de l’argument que vous voulez attaquer
-          Dites clairement aux juges que vous vous opposez à sa déclaration
-       Montrez les failles de l’argument (raisonnement spécieux ou fallacieux, références mal choisies) soit par un raisonnement correct soit en donnant d’autres références
-          Montrez l’impact de votre réfutation dans le débat, c’est-à-dire les conséquences de l’attaque.

Il ne suffit pas de dire que l’argument de l’adversaire est faible, il faut le prouver. Il est utile de savoir que l’on peut également réfuter une définition, les exemples, les statistiques et même une réfutation.

Conclusion

A la fin de sa visite, le coordonnateur a exhorté les jeunes à bien préparer leur débat par des recherches approfondies, par véritable un travail d’équipe, à surmonter leur inquiétude par une bonne préparation. Il les a encouragés à débattre davantage pour mieux maîtriser les techniques du débat et pour devenir un meilleur débatteur. Comme dit le philosophe allemand Emmanuel Kant : « Le meilleur moyen de comprendre, c’est de faire ».

Jean-Gérard Anis
Coordonnateur du PIJ

Aucun commentaire: