vendredi 10 mai 2013

Le spectacle « Haïti on ice » en débat au club de Santo


Ce qui fait du débat un instrument utile au fonctionnement de la cité, c’est sa capacité d’appréhender le réel et de projeter une image plus constructive des faits comme des opinions. Dans cette perspective, le club de Santo entendait renforcer les capacités de ses débatteurs, tout en accordant une place de choix aux débats d’actualité.


Notre dernière rencontre du vendredi 5 mai s’est tenue au local du Collège Louverture Cleary. Pendant une heure et demie de travail, les 15 jeunes débatteurs présents ont pris connaissance d’un fait concret de l’actualité qui a soulevé des remous à Port-au-Prince : Le grand spectacle Haïti on ice. Tout le public n’a pas les mêmes opinions sur le sujet. De ce fait, il était important de le présenter aux jeunes du club, passer les différents arguments au crible afin de mieux cerner la réalité.


Le spectacle Haïti on ice était inscrit dans l’objectif global des autorités de relancer Haïti sur la scène mondiale avec une meilleure image, autrement dit montrer notre capacité à organiser des évènements d’importance, ayant un grand impact médiatique et capable d’attirer le public national et international.

En effet depuis le mois dernier, le projet du spectacle Haïti on ice est lancé, mais semble éprouver moult difficultés à se réaliser. Après trois reports, certains questionnent l’importance de ce spectacle de patinage sur glace à Port-au-Prince. Jusqu'à date, le public est encore dans l’attente et les responsables n’ont pas encore fixé la quatrième date pour ce spectacle.


A la lumière de l’éditorial de Frantz Duval et de la réplique de Nicolas Derennes, publiés dans les colonnes du quotidien Le Nouvelliste (respectivement le 25 et le 26 Avril 2013), les jeunes débatteurs ont analysé les deux positions et ont émis leurs opinions. Les jeunes ont su argumenter a leur manière autour de la question : « Le spectacle Haïti on ice, est il justifié ? »

Les débatteurs qui défendaient le spectacle Haïti on ice ont soutenu qu’il est nécessaire d’introduire de nouvelles activités culturelles chez nous afin de favoriser des échanges avec le reste du monde, et du coup faciliter l’éclosion de nouveaux talents en Haïti. Mais pourquoi rechercher de nouveaux talents alors que nous en avons déjà qui n’ont pas reçu d’encadrement,  ont demandé les débatteurs opposés au spectacle ?

D’autre part, l’échange culturel en soi ne nuit pas, mais il est nécessaire à ce que les points d’échange soient compatibles à la situation du pays. Les rencontres Québécoises sont un parfait exemple d’échange culturel pouvant servir d’exemple aux décideurs. Après la réception d’une bonne brochette d’écrivains québécois dans le pays, Haïti sera représentée pareillement au Canada.
  
Les Pro-spectacle ont affirmé également que le spectacle contribuera à donner une image positive du pays. C’est peut être coûteux, mais c’est un bon investissement, ont-ils dit. Et l’argent dépensé pourra être récupéré avec des bénéfices. Dire que le spectacle sera rentable est l’expression d’un souhait, pas une vérité, ont rétorqué les opposants. On n’est pas obligé de tenter l’impossible pour vendre une « image positive du pays. Et l’image d’un pays ne peut être différente de la réalité culturelle de son peuple. Le football est un sport national dans lequel les autorités devraient investir de préférence, alors que nous ne pratiquons pas de sports de glisse en Haïti. 

Les opposants au spectacle ont ajouté que notre climat tropical est inadapté aux sports sur glace. De ce fait, il serait mieux d’organiser des spectacles répondant à nos conditions environnementales. Le budget nécessaire à la transformation du stade Sylvio Cator en patinoire est aussi un argument avancé par les débatteurs. Cette somme pourrait servir à résoudre des problèmes beaucoup plus urgents.

Les jeunes ont réfuté l’idée du climat se basant sur deux faits. D’abord le fait que le spectacle a déjà réussi dans le climat tropical (Martinique entre autres) ; ensuite Haïti a déjà connu le patinage dans le passé, comme le rappelle Raphael Fequière dans sa rubrique « Goutte d’Oh !» de Ticket Magazine.


Le débat s’est terminé avec une envie de continuer. Les animateurs avaient préparé les documents qui ont servi de matière pour faciliter ce débat informel. Nous avons aussi apporté les éclaircissements nécessaires au sujet et encouragé la participation de tout un chacun dans le débat. Cet exercice a prouvé la capacité des jeunes débatteurs à réfléchir rapidement sans préparation aucune, et à se faire une opinion sur des questions réelles faisant l’objet de discussions dans l’actualité.

Les jeunes favorables au spectacle Haïti on ice aimeraient que le spectacle soit réalisé avec succès. Les opposants, sans souhaiter que le soleil d’Haïti ait raison de la glace, ont espèré voir des activités mettant en valeur la culture Haïtienne dans le cadre de la nouvelle politique visant à projeter une image positive de la nation Caribéenne. 

Francklin Louis-Jean
Animateur du club de Santo

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Nous sommes les meilleurs!!!!!