mardi 7 mai 2013

Les jeunes du club de Camp-Perrin à l’école du débat


Un effectif renouvelé et à la hausse

Le club de débat de Camp-Perrin a organisé, le dimanche 5 Mai 2013, une journée de formation aux techniques de débat pour ses anciens et nouveaux membres, sous la houlette des animateurs Alex Sylné et Rebert Vital. Cette journée de formation a été réalisée dans l’objectif de préparer les jeunes du club à participer activement aux différentes compétitions de débat locales et nationales à venir. Quarante six (46) jeunes, dont (22) garçons  et (24) filles ont participé à cette formation qui s’est tenue au collège Cœurs Unis de Camp-Perrin (CUC), à la fois lieu de réunion hebdomadaire du club.

Les participants à la formation au débat du club de Camp-Perrin 
Présentement, le club compte environ une cinquantaine de jeunes issus principalement quatre établissements scolaires de la communauté. Depuis sa création, le club comptait des jeunes provenant principalement du  CUC et du collège congréganiste de Maznod, alors que maintenant on y retrouve des jeunes d’autres établissements de la commune. Pour anticiper certains départs de jeunes, nous, les 2 animateurs du club Alex et Rebert, avions pris la décision d’organiser plus souvent des recrutements plus ouverts. Dorénavant, le gros du club est actuellement constitué de jeunes qui l’ont intégré peu avant la période pascale.

Joindre théorie et pratique, une bonne méthodologie de formation

Pour introduire les principes du débat Karl Popper au cours de la formation, pour expliquer les discours et le rôle des débatteurs assurer la formation, on s’est appuyé sur un énoncé de débat, inspiré d’une situation récente qui a divisé profondément les Camp-Perrinois : La manifestation violente organisée par les habitants de la troisième section de Camp-Perrin pour réclamer la construction d’un pont sur la Ravine du sud est justifiée. Alliant la théorie à la pratique, les jeunes se sont exercés à construire, à réfuter et à reconstruire des arguments.

Les jeunes justifiant la résolution ont argué que «  pour se faire entendre des autorités en Haïti et pour que la population obtienne satisfaction de ses revendications légitimes, il est important souvent de sortir de ses gonds ». Ainsi en est-il des revendications des habitants de la troisième section de Camp-Perrin ne datent pas d’aujourd’hui, victimes chaque année des crues de la Ravine du Sud. Ils ont surtout évoqué la Constitution qui parle du caractère obligatoirement pacifique de toute manifestation et la Déclaration des Droits de l’homme pour soutenir leur position.



Les participants opposés à l’énoncé ont fait valoir, de leur côté, qu’« on ne résout pas un problème de ce genre par la violence. Pour se faire entendre des autorités, il existe des moyens pacifiques. »

Le débat a pris une tournure très animée quand les partisans des méthodes revendicatives violentes ont soulevé la question, à savoir si une population doit passivement accepter de subir les conséquences du manque d’un service public. Certains d’entre eux ont même évoqué comme support l’Indépendance si chère aux Haïtiens, acquise au prix de la violence.

Leurs adversaires ont vivement rejeté cet argumentaire en rétorquant, de leur côté, qu’une partie de la population, aussi juste et légitime que soit ses revendications, n’a nullement le droit de bloquer toutes les activités d’une commune entière (écoles, commerces entre autres) pour parvenir à ses fins.
Le travail en atelier, une méthode participative dans une formation

Après première courte pause, des ateliers de travail ont été créés dans lesquels six groupes de 8 à 10 jeunes réfléchissent chacun à construire deux arguments soutenant et s’opposant à l’énoncé suivant : L’instauration du baccalauréat allégé est justifiée. Quarante minutes de travail plus tard, en séance plénière, le représentant de chaque atelier a présenté les arguments de son groupe.


Pour les groupes affirmatifs, « Le bac allégé favoriserait un plus grand succès au baccalauréat, les élèves ayant moins de matières à étudier. De plus, « le bac allégé offre une plus grande possibilité de se qualifier dans une branche de la connaissance ». Pour les groupes opposés, « le bac allégé contribue à rendre les élèves plus paresseux. En outre, « le fait qu’en Haïti, c’est la chance qui compte, mais non les capacités réelles d’un étudiant dans tel ou tel domaine, il convient de ne pas les limiter ».


Comme point de clash important, le membre d’un  groupe soutenant l’énoncé a fait remarquer que le bac allégé ne dédouane pas l’élève de sa responsabilité d’étudier toutes les matières, mais facilite sa réussite. En retour, certains membres des groupes opposés ont demandé à leurs adversaires de fournir des statistiques prouvant que les résultats se sont réellement améliorés depuis l’avènement du bac allégé. Débat intéressant qui a l’avantage de faire voir aux bacheliers du club les enjeux de cette décision du Ministère de l’Education Nationale.

Puis, des volontaires se sont improvisés en interrogateurs. C’était l’un des moments les plus forts de la formation, parce que c’est à cet instant que, sans vouloir exagérer, les progrès ont été vraiment palpables au sens que les jeunes ont fait preuve d’une grande perspicacité en posant des questions et en y répondant de manière réfléchie et convaincante. Ces présentations entrecoupées de commentaires et de questions des jeunes et des animateurs ont duré environ une heure.

Comment préparer un tournoi ?

Après une pause-repas, a eu lieu la constitution des équipes qui participeront au prochain tournoi de débat du club dont les demi-finales et la finale se joueront le dimanche 26 mai 2013, au collège Cœurs Unis de Camp-Perrin (CUC). La méthode de formation des équipes a été très simple : chaque atelier précédemment constitué a désigné trois joueurs formant une équipe, ce qui a donné six équipes en tout.

Cependant, comme les autres participants ont manifesté le désir de jouer, deux autres équipes ont été constituées par tirage au sort avec ces derniers. Donc, huit (8) équipes participeront au tournoi du club de Camp-Perrin qui se tiendra le 26 Mai au C.U.C. Les éliminatoires se joueront le vendredi 24 toujours au C.U.C. Nous prévoyons une assistance importante pour l’organisation de ces activités.

Comment préparer un débat ?

Durant une heure, le thème suivant a été abordé : Comment préparer un match de débat ?  L’objectif de cette séquence de la formation a été d’apprendre aux jeunes à respecter les étapes de la préparation d’un match et surtout à savoir travailler en équipe à ce niveau. En effet l’accent a été mis sur l’importance du brainstorming, de la collecte des supports, sur la nécessité que chaque joueur participe activement à la préparation d’un match.


Préparer un débat nécessite également de savoir comment faire un tri des arguments les plus percutants pour justifier la position à défendre, d’anticiper les arguments que l’équipe adverse pourrait avancer et de préparer leur réfutation ainsi que les questions-types qui mériteront d’être posées lors des confrontations directes.

Perspectives du club, résolutions pour l’avenir

A la clôture de la formation, avant de distribuer des documents didactiques sur le débat aux participants, une dernière mise au point sur le club a été effectuée avec les jeunes. Après quelques semaines de tâtonnements, le club a repris son cap mieux qu’avant ou mieux que jamais peut-être. Ces tâtonnements étaient dus aux examens trimestriels se déroulant dans leurs écoles qui, aux dires des jeunes, les préoccupent beaucoup. Il y a aussi le championnat de football interscolaire  qui chaque année, mobilise un nombre important de membres préférant aller soutenir leurs équipes. Pour palier à cette désaffectation, nous envisageons de diversifier nos activités, d’organiser plus souvent des compétitions notamment.

Le moment est venu pour nous d’appliquer ses recommandations de Jean-Gérard Anis, le coordonnateur des Programmes Initiative Jeunes de FOKAL,  qui n’a eu de cesse de nous prodiguer de nombreux conseils comme d’organiser des débats réguliers au sein du club. Nous prévoyons que non seulement le tournoi local, que nous allons organiser bientôt, sera une enrichissante expérience comme l’a été cette journée de formation. Nous prévoyons aussi que notre équipe sera plus que jamais à craindre lors du prochain tournoi national de débat à Jacmel. Les talents qui se sont affirmés ce dimanche 5 mai, au cours de cette formation, nous permettent de le croire.

Remerciements

Nous remercions en particulier le coordonnateur pour ses encouragements incessants. Nous remercions le staff du collège CUC qui a mis à notre disposition toute la logistique nécessaire, dont la bibliothèque Jacques Roumain de l’établissement, à l’organisation de nos réunions. 

Nous remercions également le professeur Rolin Saint-Vil qui a accepté notre invitation à venir suivre cette formation. Le débat surtout les compétences des jeunes au débat, comme il l’a lui-même affirmé,  sont une véritable découverte. Merci aux cuisinières de la cantine du C.U.C Alida et Régine, assistées du gardien du C.U.C qui ont préparé le repas pour nous. Merci à tous les jeunes !

L’énoncé retenu pour le tournoi de débat du club est le suivant : « Le vote électronique devrait être utilisé pour les élections législatives et présidentielles en Haïti. »

Alex Sylné et Rebert Vital
Animateurs du club de débat de Camp-Perrin

2 commentaires:

Programmes Initiative Jeunes a dit…

Comme l'a dit Alex, les autres compétiteurs au prochain tournoi national d'été n'ont qu'à bien se tenir. L'ambition du club de Camp-Perrin de conserver leur titre de champion demeure impacte. On est prévenus!

Groupe Réactif a dit…

Bonjour nous vous proposons une formation en secourisme pour tous les membres du Club.
contact 3617 0556