jeudi 4 septembre 2014

ARGUMENTATION ET RAISONNEMENT : LES SOPHISMES


Noms du sophisme
Définition
Exemples
1.       Généralisation hardie
Passer d’un jugement portant sur un ou quelques cas particuliers à un jugement général
Tous les haïtiens parlent créole.
2.      caricature
Modifier la position de notre interlocuteur pour la rendre plus facile à attaquer. On peut le faire en simplifiant ou en radicalisant la position adverse.
Le sport est un moyen important d’éducation.
Le sport est un facteur indispensable pour éduquer.
3.       Faux dilemme
Affirmer qu’on se trouve face à  deux possibilités dont l’une est indésirable et qu’il faut donc choisir l’autre
Ou tu pars à NY ou tu crèves à PAP.
4.      Pente fatale
Affirmer qu’une action ou une mesure entrainerait une situation catastrophique en raison de d’un enchainement de causes et d’effets qui se révèle, à l’examen, impossible,   douteux, ou aisément évitable.
L’utilisation du créole comme langue d’enseignement a précipité l’échec du système éducatif haïtien.
5.       Attaque contre la personne (ad hominem)
Attaquer une personne plutôt que son argumentation et prétendre qu’ainsi on a discrédité cette argumentation.
Le professeur est du Cap-Haïtien, donc tout ce qu’il dit de Jacmel est faux.
6.      Lien causal douteux
Exprimer un lien de cause à effet douteux, comme confondre lien causal entre deux effets d’une cause commune, lien temporel et lien causal.
Les hommes les plus riches du monde n’ont pas été brillants à l’école, donc celle-ci ne sert à rien.
Plus la ville possède de discos, plus elle possède aussi d’églises, donc la danse favorise le sentiment religieux.
Au temps des Duvalier, la vie était beaucoup moins chère.
7.       double faute
Justifier un comportement en soulignant que d’autres font la même chose, voire pire encore.
Vous parlez de violence en Haïti, allez consulter les statistiques de Trinidad pour comprendre ce qu’est la violence
8.      Appel à la popularité
Justifier l’idée que quelque chose est vrai ou correct par le simple fait qu’un grand nombre de personnes l’affirme sans que l’on est de bonnes raisons de penser que les personnes invoquées ne peuvent pas se tromper.
Dans les années 60 en Haïti, la pratique du « restavèk » était moralement acceptée; donc en ce temps-là, elle était correcte.
9.      Fausse analogie
Tenter de justifier une conclusion sur la base d’une comparaison entre deux phénomènes qui ne s’avèrent pas suffisants pour justifier ce procédé.
Diriger un pays, c’est comme diriger une entreprise commerciale; donc un bon commerçant devrait faire un bon président.
10.   Complot
Imputer une action, un événement, un phénomène à une personne ou à un groupe de personnes simplement parce que cette personne ou ce groupe en profite
La situation économique haïtienne profite à la république voisine; on peut dire que ce sont les dominicains qui ne veulent pas l’essor d’Haïti.


Par Jean-Marie PIERREJuillet 2014

Aucun commentaire: