mardi 1 mars 2016

Le changement climatique en débat au tournoi du club de Christ-Roi

Un véritable tour de force

Le club de débat de Christ-Roi a organisé pour son dixième anniversaire un tournoi de débat interscolaire, le samedi 30 Janvier 2016, à l’école Congréganiste Christ-Roi Filles de Marie, sis au # 24, 1ère ruelle Nazon, bas Bourdon. 14 établissements secondaires de la zone métropolitaine y ont participé : les écoles Congréganiste Christ-Roi, Cœur Immaculée de Marie ; les lycées Toussaint Louverture, Antênor Firmin, Carrefour Feuilles, Marie Jeanne; les collèges Saint-Louis Roi de France, Blaise Pascal, Dominique Savio, Saint-Louis de Bourdon, Nouveau Collège Bird ; les institutions Mixte Sainte Geneviève, Saint François Xavier, Georges Marc.
  
Pendant toute une journée, 17 garçons et 25 filles, ont débattu de deux sujets sur la thématique du changement climatique: « Pour sauver l’environnement l’action individuelle est préférable à l’action gouvernementale » et « Les Etats de la Caraïbe devrait faire payer une écotaxe aux entreprises polluantes du secteur privé ». A peu près 180 personnes étaient présentes à cette journée d’activité, incluant les 42 débateur-ses, les 16 juges mobilisés, les membres du club, les supporters de différentes écoles engagées dans le tournoi, de 2 journalistes.

Un plat chaud et des rafraichissements ont été servis principalement aux juges, coaches et joueurs et nos invités. De l’eau tait disponible pour le public. Vénadia DESSIPE, une ancienne débatteuse du club de Christ-Roi, assurait le rôle de commissaire du tournoi sous la supervision de mon collègue Alfred DESIR et moi.

Objectifs et déroulement du tournoi

L’objectif de cette activité revêtait un triple aspect : premièrement, vulgariser la question de débat en Haïti ; deuxièmement, permettre aux jeunes de développer leur esprit critique, par l’analyse, l’agencement cohérent leurs idées et de cultiver la tolérance ; troisièmement, augmenter l’effectif du club de débat avec les jeunes qui auraient pris gout au débat.

Le tournoi permet aux jeunes d’avoir une habitude de lecture, de faire beaucoup plus de recherche sur des sujets diversifiés, leur permettent d’argumenter leurs positions ou leurs point de vue lors des débats. C’est un atout considérable pour eux dans leur développement de leurs capacités intellectuelles.

Pour le déroulement du tournoi, il y avait dans un premier temps 7 matches dans des salles différentes.  Dans les matches de poules, chaque équipe joue 3 matches sur le premier sujet en même temps, soit un total de 21 matches au premier tour. Les 8 meilleures équipes sont admises pour le quart de finale, 4 équipes en demi-finale et enfin les deux meilleures équipes en finale. 28 matches au total ont été joués durant cette journée.

L’équipe du Collège Saint-Louis de Bourdon représenté par Sarah M. ZEPHYR, Carlie V. PETIT, Anne-Christie ST-SURIN et l’équipe de l’Institut Georges Marc représenté par John K. JEAN PIERRE, Tania MERILIEN, Cleevens DANIEL. Ces deux équipes ont gratifié le public d’une très bonne prestation, prestation d’ailleurs digne d’un match de finale dans le format de débat Karl Popper. La décision du  jury le prouve bien. Le collège Saint-Louis de Bourdon a gagné le tournoi sous le score de 3 contre 2.

Pour sauver l’environnement, l’individu ou l’Etat ?

Pour le sujet débattu à la finale, « Pour sauver l’environnement l’action individuelle est préférable à l’action gouvernementale », l’Institution Georges Marc, qui défendait la position affirmative, a soutenu l’idée que là où le gouvernement faillit à sa tâche, l’action individuelle est toujours là. L’action gouvernementale peut changer ou inexistante, mais l’action individuelle continuera d’exister à travers la conscience collective.

L’équipe championne, le Collège Saint-Louis de Bourdon, a démontré qu’il n’y a pas d’action meilleure qu’une autre pour protéger l’environnement, mais que chaque action a besoin du soutien de l’autre. Les deux sont nécessaires et les actions gouvernementales et individuelles doivent être en symbiose pour sauver l’environnement.

Pollueurs payeurs contre Payeurs pollueurs

Le deuxième sujet, « Les Etats de la Caraïbe devrait faire payer une écotaxe aux entreprises polluantes du secteur privé », a été débattu en quart de finale et en demi-finale.

L’idée majeure qui est ressortie des argumentations des équipes défendant la position affirmative a été que la Caraïbe est géographiquement plus exposée face à la menace du changement climatique. De ce fait, il est juste que les entreprises polluantes du secteur privé, responsables de l’effet de serre, paient une écotaxe qui a pour objectif de faire diminuer la quantité de gaz rejetés dans l’atmosphère. D’où le principe « pollueur payeur » : tu pollues, tu paies.


Par contre, les équipes opposées à cette solution ont dans l’ensemble montré que faire payer une écotaxe peut au contraire faire augmenter la quantité de gaz dans l’atmosphère. Ce serait établir le principe inverse, « payeur pollueur » : tant que tu payes, tu peux polluer. En fait, selon elles, l’écotaxe risque d’aggraver la situation. Elle produira une délocalisation des entreprises polluantes du secteur privé vers d’autres pays plus laxistes, aggravant par conséquent le chômage. L’écotaxe est davantage une ressource économique qu’une solution écologique, et l’argent recueilli ne servirait pas l’environnement, mais d’autres fins.

Les enseignements de ce concours de débat

Les jeunes étaient très excités à l’idée de débattre. Certains n’imaginaient pas jouer autant de matches dans une seule journée. Mais au final, toutes les équipes ont été très satisfaites de cette activité, tant par l’atmosphère de convivialité que par le niveau de tolérance et de fair play qui a régné. Les deux sujets ont été bien maitrisés par la majorité des équipes, ce qui prouve que le travail des coaches, qui sont des anciens débatteurs et débatteuses, ont été très valables.

Qu’est-ce que leur a apporté le concours ? Réactions de quelques débatteuses du collège Saint-Louis de Bourdon, champion du tournoi.

Sarah Marlange ZEPHYR: « En tant que novice, je conçois l'idée même du tournoi de débat comme étant un espace réservé aux jeunes pour non seulement peaufiner leur capacité oratoire, mais également pour donner leur mot sur des sujets qui interpellent, les permettre de prendre position, de défendre cette position dans le but de convaincre l'auditoire, mais surtout d'apprendre grâce aux arguments avancés par l'équipe adverse. Et le plus intéressant dans tout ça, c'est qu'on ne perd jamais, on apprend toujours. 

Le tournoi de débat nous a permis de nous questionner sur des sujets qui avant n’attiraient pas notre attention auparavant. Des sujets délicats qui méritent qu'un groupe de personnes se penchent vers eux, afin de trouver des solutions durables. Ça nous a permis de nous questionner et d'augmenter notre capacité de réflexion. On a dû lire beaucoup, faire beaucoup de recherches, de documentation afin de trouver des arguments qui non seulement pouvaient convaincre, mais également d’élucider la question même du changement climatique. »

Marie Micheline SAINTE : « J’ai beaucoup appris du concours comme: “comment défendre ma position sur un sujet”, “Comment mieux argumenter”, “comment convaincre sans se battre”. Ce qu’il faut retenir avant tout, c’est qu’on débat pour apprendre et non pour gagner. Nous les Saint-Louissiennes nous avons fait le travail des deux au prix du Trophée. »

Anne-Christie ST-SURIN : « Il y a quelques mois, nous avons été, mes amies et moi, invitées à participer à un concours de débat organisé par le club de Christ-Roi (Pye poudre). A quoi bon, me suis-je dit. Débattre pourquoi ? Étant de nature très timide, au début je n'ai pas pris à cœur ce concours. Au fil des préparations, j'apprenais... je développais peu à peu mon esprit critique, mon sens de recherche, mon écoute et je découvrais ma capacité à m'exprimer clairement en public.

Le tournoi de débat nous a également fait comprendre qu'en tant que jeune, nous avons notre mot à dire sur des sujets sérieux, que nous pouvons réfléchir et apporter des solutions a des problèmes mondiaux. Du coup, nous nous sentons beaucoup plus concernées par ce qui se passe dans notre monde aujourd’hui. Nous laissons un peu de cote nos téléphones pour nous adonner à la lecture d'ouvrages scientifiques et autres.

Ma perception de moi-même a également changé, je sais à présent que je suis une fille capable de prendre position ouvertement, de défendre mes opinions en y apportant des supports scientifiques. Je n'ai plus peur, je réfléchis, je m'exprime et j'ose me faire entendre. N'est-ce pas un bon début pour se préparer à la vie adulte ? »

Carlie Valdayard PETIT: « Si je devais résumer cette journée en un mot, je dirais que ce fut un samedi incroyable et extraordinaire. Avant, je ne pensais pas que cela me serait possible de jouer 6 matches successifs. Mais, à un certain moment, l’envie de débattre se faisait de plus en plus sentir en moi.  Chaque match gagné fut pour moi un pas vers la victoire. Et à chaque pas, le tournoi prenait une ampleur de plus en plus vive et enrichissante.

Une capacité de faire passer mes idées, de remettre instantanément les propos d'autrui en question demeurait jusqu'ici cachée en moi. Je n'ai jamais été aussi sûre de moi que ce samedi-là. Ce qui m'impressionnait le plus, c'est cette multitude d'idées différentes les unes des autres qui véhiculaient à chaque match. Quand on débat, on apprend. »

Conclusion
Avec le support infaillible de notre coordonnateur Jean-Gérard ANIS, mon collègue Alfred et moi  avons réussi à concrétiser l’un de nos multiples projets. Ce tournoi a été une réussite, car nous avons capté l’attention de plus d’une quinzaine d’écoles de la zone métropolitaine qui souhaitent collaborer dans nos multiples projets de ce genre.
Grâce au professeur Marc EXAVIER, qui anime l’émission « Lecture et compagnie » à la radio-télé ESPACE FM, (94.1) et à Stéphanie BALMIR, écrivaine et journaliste au quotidien LE NATIONAL, qui ont tous deux assisté ce samedi-là aux débats des jeunes, plus d’un saura qu’il y a un programme de débat qui contribue au développement intellectuel et à la prise de conscience des jeunes du pays.
Rendez-vous est donc pris pour un autre tournoi interscolaire sur le thème de la dictature, le samedi 12 Mars 2016, au collège Saint-Louis de Bourdon.

Joël LAZARD
Animateur du club de débat de Christ-Roi

Aucun commentaire: