jeudi 31 mars 2016

Deux tournois, deux titres: le collège Saint-Louis de Bourdon fait la différence

Les activités intellectuelles ne sont pas très valorisées en Haïti, surtout chez les jeunes. Après les classes, ils n’ont que les réseaux sociaux. Un manque à gagner important dans l’instruction des jeunes. Le club de débat de Christ-Roi  se donne pour tâche de contribuer  au développement intellectuel des jeunes écoliers, écolières dans la zone métropolitaine. Ceci en encourageant ces derniers à débattre, le débat qui est une joute intellectuelle opposant deux équipes de personnes, chacun défendant une thèse.
A un mois d’intervalle, le club est à son deuxième tournoi de débat inter-scolaire cette année. Le collège Saint-Louis de Bourdon a été le théâtre de cette deuxième édition. Une journée de débat, cette fois-ci avec 8 écoles : Cœur Immaculée de Marie, Lycée Anténor Firmin, Lycée Carrefour Feuilles, Collège Saint-Louis Roi de France, Collège Saint-Louis de Bourdon, Institution Mixte Sainte Geneviève, Nouveau Collège Bird,  Lycée Marie Jeanne, des écoles bien préparées qui voulaient prendre leur revanche sur les Saint-louisiennes, championnes en titre lors du tournoi inter-scolaire organisé le 30 janvier dernier, à l’école congréganiste Filles de Marie de Christ-Roi.

Ces jeunes ont débattu pendant toute une journée de deux sujets découlant de cette thématique Quand la démocratie est en danger,  le premier étant « La protestation non-violente est le meilleur moyen pour créer un changement », et le second « Les démocraties libérales devraient couper tous les liens économiques avec un régime non-démocratiques ».
Une partie du public lors de la finale
Un public de jeunes émaillés d’adultes a fait le déplacement pour venir supporter les débatteurs et les débatteuses des différentes équipes des écoles engagées dans la compétition. Des jeunes du club de débat de Jacmel sont venus spécialement pour assister aux tournois, et deux universitaires argentins, rentrés en Haïti dans le cadre des activités sur la Semaine de la rencontre des mémoires Haïti-Argentine, organisée par Fokal, ont assisté aux débats. Le nombre de personnes présentes est estimé à environ  une centaine.

Un lunch et des rafraîchissements ont été servis aux 24 débatteurs, dont 16 filles, 12 juges, et 14 coaches mobilisés pour cette journée. De l’eau était prévue pour le public. Encore une fois, l’ex débatteuse du club de débat de Christ-Roi, Venadia DESSIPE, a assuré très bien le rôle de commissaire, assisté par 3 autres jeune filles du club de Christ-Roi, mon collègue Alfred DESIR et moi assurant la supervision.

Objectifs et déroulement du tournoi

Les objectifs visés en organisant ce tournoi sont les mêmes que le précèdent : premièrement, vulgariser le débat dans les écoles secondaires de la capitale ; deuxièmement, permettre aux jeunes de développer leur esprit critique, par l’analyse, l’agencement cohérente de leurs idées et de cultiver la tolérance ; troisièmement, attirer d’autres jeunes à intégrer notre club de débat ; quatrièmement, sensibiliser les jeunes et le public présent sur les méfaits de la dictature afin d’agir pour rendre plus forte notre démocratie.

Pour le déroulement du tournoi, il y avait dans un premier les matches de groupe, 4 matches en même temps dans des salles différentes. Dans les matches de poules, chaque équipe joue 3 matches sur le premier sujet en même temps, soit un total de 9 matches. Les 4 meilleures équipes sont admises pour la demi-finale, et enfin les deux meilleures équipes en finale. Durant la journée un total de 13 matches ont été joués.

L’équipe du collège Saint-Louis de Bourdon représente par Evenie Rose Thaifaïna SAINT LOUIS, Lynda NOEL, Marie Micheline SAINTE et l’équipe du Nouveau Collège Bird représenté par Clerdina DORELIEN, Koderson JEAN DHAN, Angelo BLEMUR. Ces 6 débatteurs et débatteuses ont gratifié le public d’une prestation de très haute tenue.

Pourtant certains débatteurs et coaches pensent que la demi-finale opposant l’équipe de l’Institution Mixte Sainte Geneviève à l’équipe du Collège Saint-Louis de Bourdon a été le match-phare de cette compétition, dans lequel une débatteuse très prometteuse de l’équipe Sainte Geneviève, Kaïcha JEANTY,  a séduit le public ainsi que les trois juges de ce match, de la cohérence de ses raisonnements, de sa force de caractère, de son talent d’orateur, de son aisance à réfuter les arguments de l’adversaire. Elle a été désignée à l’unanimité, " Meilleur débatteur du match", avec un total de 29/30.
 Mais cela n’a pas été suffisant pour permettre à son équipe d’accéder à la finale. Car l’équipe Saint-Louisienne avait joué simple et super bien. En fait, elle a été une très bonne équipe bien meilleure que celle de l’excellente débatteuse Kaicha JANTY, c’est ce qui compte le plus. Pas l’individualité, le collectif par-dessus tout.

Faut-il vraiment couper tout lien économique avec un régime non démocratique ?   

Cette question a été traitée lors des 2 demi-finales, opposant d’un coté l’équipe du Lycée Marie Jeanne et l’équipe du Nouveau Collège Bird, et de l’autre l’équipe de l’Institution Mixte Sainte-Geneviève et l’équipe du Collège Saint-Louis de Bourdon sur le sujet : « Les démocraties libérales devraient couper tous les liens économiques avec un régime non démocratique ».

Les équipes affirmatives soutenaient l’énoncé ont développé la thèse que c’est en coupant tout lien économique avec un régime non démocratique que ce régime se sentira menacé et optera pour la démocratie. Elles ont poursuivi en expliquant que, lorsqu’on en entretient des liens économiques avec un tel régime, on encourage la violation des droits humains. En refusant de couper les liens économiques, les démocraties libérales contribueront á l’enrichissement des dirigeants des Etats non-démocratiques.
De l’autre côté, les équipes négatives qui rejetaient l’énoncé, ont démontré que couper les liens économiques est un acte anti démocratique, d’intolérance et d’ingérence politique. Elles ont retourné l’argument de l’adversaire en montrant que justement que cette mesure punitive est aussi un acte de non-respect des droits humains, car la population du pays à régime non démocratique sera en fait la seule véritable victime. Elles pensent au contraire, que c’est en gardant les liens économiques que l’on finira par l’influencer le régime non-démocratique. Ce ne serait donc pas la meilleure des décisions à prendre.

Pour créer un changement, faut-il la violence ou la non-violence ?

Le sujet débattu en finale était, « La protestation non-violente est le meilleure moyen de créer un changement ». Le Nouveau Collège Bird a soutenu l’idée, qu’en utilisant la violence, on devient oppresseur à son tour. Le fait d’utiliser une autre arme que la violence montre à l’oppresseur quel est le type de changement que l’on veut. 

L’équipe du Collège Saint-Louis de Bourdon a démontré au contraire que la violence civile est un pouvoir puissant. C’est la population qui donne le pouvoir, si elle veut le reprendre, elle peut même si elle doit utiliser légitimement la violence. Et en désobéissant, les dirigeants n’auront plus de pouvoir et de droit sur eux.

Les instructions importantes à retenir de ce débat

Les débatteurs n’ont pas baissé leur garde malgré la fatigue de cette longue journée.  Toutes les équipes ont été très satisfaites de cette activité, de l’atmosphère de convivialité, du fair play et de la tolérance qui ont régné lors des matches. Les deux sujets ont été très bien maîtrisés par tous les équipes, ce qui prouve que le travail des coaches, tous des anciens débatteurs et débatteuses, a rondement bien mené.
Je crois que le débat a changé (ou va changer) la vie de plus d’un, comme en témoignent les réactions de ces jeunes filles du Collège Saint-Louis de Bourdon et du Nouveau Collège Bird :
Les débatteurs se serrent la main après un match de débat
Marie Micheline SAINTE, 3e débatteuse de l’équipe du Collège Saint-Louis de Bourdon : « J’ai appris gérer mon agressivité ainsi que mon stress. Ce fut un tournoi très enrichissant car le premier but du débat c’est d’apprendre. J’ai donné le meilleur de moi-même afin de faire un travail irréprochable. Ce  tournoi fut et restera un moment inoubliable tout au long de ma vie ».
Lynda NOEL 2e débatteuse de l’équipe du Collège Saint-Louis de Bourdon : « Pour moi le concours de débat (…) nous a permis de nous épanouir et de nous accepter l’une l’autre malgré que nous étions parfois à couteaux tirés. De plus, nous avions vite compris Thafaïna, Micheline et moi la nécessité de ce que nous disait notre coach, qu’il fallait un travail d’équipe pour gagner. (…) Débattre est devenue pour moi un art, si j’avais à refaire l’expérience je le refaire encore avec plus d’enthousiasme ».
Clerdina DORELIEN, 1e orateur de l’équipe du Nouveau Collège Bird : « Les deux tournois de débat Karl Popper m’ont beaucoup appris et j’ai acquis une certaine habilite à débattre. (…) Ce serait bien de continuer sur cette même lancée, mais en donnant plus d’ampleur à ce concours. (…)  Après, je peux dire qu’il faut se focaliser sur le fait qu’un débatteur sait à chaque moment, comment il doit se rattraper et ne pas être esclave de ses supports en faisant une lecture. D’ailleurs, c’est ce qui caractérise un bon débatteur. Je remercie le club de débat de Christ-Roi, Fokal et le Coach qui a cru en nous, ainsi que mes coéquipiers ».

Pour conclure, je dirai qu’avec le support assuré de notre coordonnateur Jean-Gérard ANIS, mon collègue Alfred et moi avons réussi à réaliser le deuxième tournoi inter-scolaire qui faisait partie de nos multiples projets pour le club. Nous avons montré à certaines écoles de la zone métropolitaine l’importance de ce jeu éducatif.
Joel Lazard
Et encore une  fois avec l’aide du professeur Marc EXAVIER, qui anime l’émission   « Lecture et compagnie » à  la radio-télé ESPACE FM (94.1 FM), plus d’un saura qu’il y a un programme de débat qui contribue au développement intellectuel et à la prise de conscience des jeunes du pays. Rendez-vous l’année prochaine pour quelque de plus grandiose !

Joël LAZARD

Animateur du club de débat de Christ-Roi

Aucun commentaire: