lundi 25 avril 2011

Election de Michel Martelly: Les jeunes du club VDF de Mon Repos réagissent

Dix-huit jeunes du club de Mon-Repos se sont réunis, samedi 9 avril 2011, à la Bibliothèque Justin Lhérisson (Carrefour), leur lieu hebdomadaire de rencontre. Cette réunion a spécialement porté sur l’actualité politique et électorale. Les jeunes ont eu l’occasion d’exprimer leurs sentiments et leurs points de vue sur le déroulement des dernières élections, et l’élection de Michel Martelly à la présidence d’Haïti. Ambiance.

La satisfaction a gagné les cœurs des jeunes, en grande majorité, car selon eux, pour une fois, le Conseil électoral Provisoire a respecté le vote populaire. « L’élection de Michel Joseph Martelly à la présidence reflète la volonté populaire, la volonté de la grande majorité » a renchéri l’un d’eux. Ce qu’ils craignaient à la proclamation des résultats du second tour, c’était des scènes de violence et des situations de troubles pouvant paralyser les activités quotidiennes, comme en décembre 2010.

Pour un autre jeune, « …avec ce nouveau personnage présidentiel, il y a du sang neuf dans la politique haïtienne ».

Cependant, plusieurs d’entre eux tiennent à mettre un bémol à l’euphorie ambiante. Ils croient que le peuple n’est pas encore prêt pour faire de bons choix, car la majorité n’a pas toujours raison. « C’est bien qu’il [Martelly] soit élu, attendons voir ! ajoute une fille. Comme dit-on souvent, l’homme à bord du pouvoir n’est pas l’homme du pouvoir ».

Les jeunes gardent aussi une certaine réserve par rapport aux espérances du peuple vis-à-vis de la prochaine équipe gouvernementale. Ils croient que le défi est de taille pour le prochain gouvernement, car il faudrait procéder un changement radical du système. La réussite pour le pays dépend maintenant d’une prise de conscience nationale et la participation de tous les haïtiens.

« Une éventuelle dictature n’est-elle pas à craindre? » s'interroge un participant. Question balayée par ce vœu d’un jeune: « Il s’agit de faire place à l’union nationale et non pas que chaque partie tire sur un bout de la corde. Il faut prioriser Haïti ».

« Mme Manigat ne pourra peut-être pas briguer un mandat dans cinq ans, certes, mais une bonne sélection des ressources humaine s’impose pour le bien d’Haïti », conclut un autre.

Somme toute, je dirais que la rencontre était riche en réflexions, et on a pu voir que les jeunes sont vraiment sensibilisés sur la situation politique du pays.                                                                                                       

François Brunel                                                                                                    
Animateur du club de Mon-Repos

Aucun commentaire: