jeudi 6 décembre 2012

Le club de Fond Parisien cherche à améliorer la qualité des débats de ses membres


Le club de débat de Fond-Parisien a réalisé dans le cadre de ses rencontres hebdomadaires, samedi 16 Septembre 2012, au local de l’institution mixte « Le Nouveau monde » dans la commune, un atelier de travail pour discuter ensemble sur la manière d’amélioration la qualité des débats. 15 jeunes dont 5 filles y ont participé.


L’objectif de la rencontre visait à aider les débatteurs et des débatteuses du club à avoir une maîtrise de leur rôle de débatteur dans une équipe et de leur discours. Les animateurs s’attendent à ce que tous les jeunes soient plus motivés et déterminés à débattre. Trois (3) groupes de travail de 5 jeunes chacun ont été formés.

Les points sur lesquels ils avaient à réfléchir ont été les suivants : 1) Donnez la structure du débat Karl Popper ? 2) Quelles sont les responsabilités des orateurs ? 3) Enumérez différents les types de discours ?  Les idées données par les jeunes sur les questions posées : 


Rép. 1: Les jeunes ont bien compris la structure du débat KP: deux équipes de trois (3) joueurs s’affrontent autour d’une résolution, suivant des règles établies qui constituent un format.  Chaque joueur doit convaincre un jury, à l’aide d’arguments, que le point de vue de leur équipe sur le sujet est meilleur que celui de l’équipe adverse.

Cependant, ils n’ont pas peut-être pas tout à fait compris la perspective dans laquelle doit se placer les 2 équipes adverses durant le débat. L’équipe affirmative qui soutient l’énoncé de la résolution a le fardeau de la preuve, alors que l’équipe négative qui rejette la résolution a le fardeau de la réfutation des arguments de l’adversaire. La preuve est que l’équipe négative n’a pas nécessairement besoin d’élaborer un cas. Elle peut uniquement se contenter de réfuter le cas affirmatif durant tout le débat.

Rép. 2 : Les jeunes ont bien compris les responsabilités de chaque débatteur dans une équipe et les taches à accomplir par chacun : les discours d’argumentation, de réfutation et de reconstruction, les moments de contre-interrogatoire, les temps de parole.

Néanmoins, il reste un discours que les jeunes ne maitrisent pas encore, c’est le discours des 3èmes débatteurs. Terminer un débat n’est pas aisé, selon eux. Ils ne trouvent pas souvent les bonnes formules pour conclure, se trompent sur les points de clash et oublient parfois les moments essentiels du débat. Ces exercices sont prévus avec eux pour remédier à ce problème.



Rép3 : Les groupes ont identifié 4 grands discours dans le débat : le discours de plaidoyer où chaque équipe défend sa position, pour ainsi dire son cas, le discours de réfutation avec lequel rejette les arguments de l’adversaire, le discours de reconstruction au cours duquel les 2ème débatteurs de chaque équipe renforcent leurs arguments attaqués, et le discours de synthèse des 3ème débatteurs des 2 équipes où ils montrent l’enjeu du débat et convainquent le jury pourquoi, à leur avis, leur équipe a gagné le débat.

Après les travaux de restitution, des documents explicatifs sur les questions traitées du format KP ont été distribués aux jeunes. Ce qui permet aux jeunes de disposer de réponses plus complètes et mieux structurées de celles qu’ils ont eux-mêmes donnés. Après lecture de ces documents, l’animateur Moise OSCAR a fait un résumé de la rencontre et une évaluation pour savoir si les attentes des jeunes étaient comblées.

Leur réaction était qu’ils ont vraiment apprécié cette façon de travailler en atelier. Ils sollicitent davantage pour qu’il y ait de match d’exhibition lors des rencontres hebdomadaires. Ils se sont même proposé de se rendre dans les autres établissements secondaires de la commune pour inviter les élèves à intégrer le programme de débat. Enfin, ils ont remercié les animateurs pour la rencontre, particulièrement les jeunes qui sont venus pour la 1ère fois au club.

Geordanis JOSEPH  & Moise OSCAR
Animateurs du club de Fond Parisien

Aucun commentaire: